« La taxe européenne sur le plastique n’apporte pas grand-chose »

« La taxe européenne sur le plastique n’apporte pas grand-chose »

L’Europe aussi veut contribuer à diminuer les déchets plastiques en instaurant une taxe sur les emballages plastiques et espère par la même occasion gonfler son budget. En Belgique la proposition suscite peu d’enthousiasme.

Taxe sur le plastique

Partout dans le monde la lutte contre le plastique est une priorité absolue à l’agenda politique. L’Europe elle aussi souhaite participer à ce combat : dans son budget à long terme pour la période 2021-2027 la Commission européenne prévoit une taxe que devront verser les Etats membres pour tout le plastique qu’ils ne recyclent pas. Une taxe de 0,8 euro par kilo permettrait à la Commission de gonfler son budget de 7 milliards d’euros par an, tout en contribuant à la lutte contre les déchets plastiques.


Depuis le début de cette année ce combat est devenu plus important que jamais, car sans la Chine comme partenaire de recyclage pour le plastique bon nombre de pays se voient confrontés à un manque de capacité de recyclage. Pour y pallier la Scandinavie, les Pays-Bas, la France, ainsi que la Wallonie et Bruxelles ont instauré l’interdiction d’utiliser des sachets non-réutilisables. L’actuelle proposition de la Commission s’inscrit dans cette tendance et va plus loin encore : la taxe s’appliquerait à tous les emballages plastiques non-recyclés, donc pas seulement aux sachets en plastique et aux emballages de boissons.


Réutilisation du plastique recyclé

Les organisations écologiques pour leur part estiment que la taxe proposée n’est pas suffisante. « Il manque une mesure supplémentaire qui oblige les entreprises à utiliser du plastique recyclé au lieu de nouveau plastique pour leurs produits et emballages », estime Olivier Beys du ‘Bond Beter Leefmilieu’ : « Ainsi le problème est traité à la source et pas seulement à la fin de la chaîne. »


Fost Plus, l’organisation chargée de l’enlèvement sélectif des déchets d’emballages dans notre pays, estime que la proposition ne présente aucune plus-value pour des pays tels que la Belgique qui aujourd’hui sont déjà très performants en termes de recyclage. D’ailleurs au niveau fédéral une taxe similaire existe déjà : la taxe sur les emballages qui pour les emballages non-réutilisables est sept fois plus élevée (9,86 euros au lieu de 1,41 euro) que pour les emballages réutilisables. Cette taxe rapporte environ 320 millions d’euros par an  à la caisse fédérale.