« Les commerçants ne prennent pas leur webshop au sérieux »

« Les commerçants ne prennent pas leur webshop au sérieux »
Photo : Shutterstock

En Flandre, les commerçants ne prennent pas vraiment leur boutique en ligne au sérieux : ils la considèrent surtout comme une mesure anti-coronavirus temporaire. Pourtant, les consommateurs achètent de plus en plus souvent en ligne au niveau local. 

 

Les coûts ne sont pas pris en compte

La moitié des commerçants et restaurateurs flamands qui n'opéraient pas encore en ligne lors du premier confinement ont désormais ouvert une boutique en ligne. À l'époque, les ventes en ligne ont permis aux magasins physiques fermés de sauver en moyenne environ 20% de leur chiffre d'affaires. Néanmoins, près de 70% ne considèrent pas la boutique en ligne comme un élément important de leurs projets d’avenir.


Cela peut se comprendre, quand on sait que 60% des commerçants n’appliquent pas de frais de livraison, selon une nouvelle enquête de l'UAntwerp. De même, 96% n’ont pas répercuté les coûts de numérisation. Et cela alors que plus de la moitié d'entre eux effectuent eux-mêmes les livraisons, même dans un rayon de plus de 10 kilomètres. En outre, seul un quart d'entre eux ont fait appel à des professionnels pour mettre en place leur canal de vente en ligne. En d'autres termes, ils l’ont développé eux-mêmes.

 

Forte croissance du e-commerce local

Cependant, d’après les résultats de l’enquête, les achats en ligne ont sensiblement augmenté depuis le Covid-19, et ce chiffre d'affaires supplémentaire ne profite pas uniquement aux grands acteurs étrangers : le nombre moyen d'achats locaux en ligne a augmenté de 110% par mois pour les produits alimentaires et de 66% pour les produits non alimentaires. « Le fait que de nombreux produits non alimentaires ont également été achetés localement est particulièrement encourageant. Cela montre que de nombreux consommateurs ne se tournent pas exclusivement vers Coolblue et Amazon, mais aussi vers les boutiques en ligne locales », explique Joris Beckers, chercheur à l'UAntwerp.


Le nombre de commandes en ligne auprès de petits détaillants a également doublé pendant le premier confinement, la grande majorité des nouvelles commandes provenant d'acheteurs locaux. La part des commandes locales en ligne dans le chiffre d'affaires total a augmenté de plus de 15%, dépassant les 70%. Les initiatives pour encourager les achats locaux y ont contribué, selon les chercheurs, et cela continuera à avoir une influence après la crise du coronavirus.


Il est donc temps de se professionnaliser : « Après le coronavirus, davantage de gens continueront à faire leurs achats en ligne. Si les magasins locaux ferment leur boutique en ligne, ils iront de toute façon sur bol.com ou autre », indique-t-il. Il est donc regrettable que les commerçants flamands ne semblent pas prendre leur boutique en ligne vraiment au sérieux, conclut Beckers.