350.000 jouets contrefaits saisis en 2017

350.000 jouets contrefaits saisis en 2017

L’an dernier la Cellule Contrefaçon du SPF Economie a saisi 350.000 jouets contrefaits lors d’une action de grande envergure. C’est ce qu’a annoncé Kris Peeters à l’occasion du dixième anniversaire de la cellule.

Pour 90 millions d’euros de biens saisis en dix ans

L’an dernier la Cellule Contrefaçon a contrôlé 1100 commerces et a monitoré des webshops et des réseaux sociaux. A l’issue de ces contrôles les services d’inspection ont saisi 432.531 biens contrefaits,  dont la valeur est estimée à 7,78 millions d’euros. Ceci porte le montant total des saisies de ces dix dernières années à 90,2 millions d’euros.


La majeure partie des saisies en 2017 – environ 350.000 produits – concernait des jouets, allant de peluches aux petites voitures en passant par les cartes à jouer et les lampes de chevet. Une seule affaire a mené à une saisie impressionnante : la découverte d’articles contrefaits lors d’un contrôle d’étals sur la digue le long du littoral a permis aux services d’inspection de remonter jusqu’à un grossiste à Bruxelles, qui disposait d’un énorme entrepôt avec des centaines de milliers de jouets et d’articles électroniques contrefaits.


Réseaux criminels

Mais la contrefaçon ne se limite pas aux classiques, comme les jouets, la maroquinerie et les cosmétiques : l’an dernier 12.000 Euro palettes illégales ont été saisies, tandis que dans un entrepôt français  700 chaises et fauteuils design issus de la contrefaçon ont été retirés du marché. Au port d’Anvers un container de meubles copiés d’une marque de design française a été intercepté, ce qui a donné lieu à d’autres saisies de quelques milliers de meubles contrefaits.


« Des réseaux criminels tentent de s’infiltrer toujours plus profondément et densément dans les canaux de vente courants. Grâce à sa spécialisation, son expérience et son efficacité, l’Inspection économique a une image de plus en plus précise des réseaux criminels qui assurent la production et la vente de produits contrefaits. Cette expérience permet de procéder à des saisies auprès de gros poissons – les fabricants et les distributeurs – au lieu de petites crevettes », se félicite le ministre de l’Economie Kris Peeters.