Amazon Europe ne paie pas d’impôt malgré un chiffre d’affaires monstre

Shutterstock.com

La branche européenne d’Amazon a réalisé un chiffre d’affaires de 44 milliards d’euros l’an dernier. Pourtant, le géant de l’e-commerce électronique ne devra pas payer un euro d’impôt des sociétés sur ces revenus...

 

Perte

Notamment grâce à la crise sanitaire, Amazon EU a vu son chiffre d’affaires augmenter de 12 milliards d’euros l’année dernière, rapporte The Guardian. Pourtant, la société qui a son siège au Luxembourg a officiellement enregistré une perte de 1,2 milliard d’euros, ce qui lui permettra de ne pas payer d’impôt des sociétés. En fait, Amazon s’est vu accorder 56 millions d’euros de crédits d’impôt qu’il peut imputer à tout bénéfice futur.

 

« À la suite de la pandémie, les revenus d’Amazon ont explosé alors que les rues commerçantes se sont retrouvées en graves difficultés », a expliqué la députée britannique Margaret Hodge. « Mais l’entreprise continue de transférer ses bénéfices vers des paradis fiscaux comme le Luxembourg pour éviter de payer sa juste part d’impôts. Or ces grandes entreprises numériques utilisent nos services publics, nos infrastructures et notre main-d’œuvre qualifiée et en bonne santé », s’est exclamée Margaret Hodge.

 

« Marges réduites »

Amazon affirme payer ses impôts dans chaque pays. Selon un porte-parole de l’entreprise, les bénéfices sont restés faibles en raison des lourds investissements et des marges réduites qui ont cours dans le secteur de la vente au détail en ligne. « Nous avons investi plus de 78 milliards d’euros en Europe depuis 2010, et une grande partie de cet investissement concerne des infrastructures qui créent plusieurs milliers de nouveaux emplois, génèrent d’importantes recettes fiscales locales et soutiennent les petites entreprises européennes. »

 

Amazon n’est pas la seule multinationale à mettre en place des structures complexes pour éviter de payer des impôts. Selon le groupe d’action Fair Tax Foundation, les six plus grandes entreprises technologiques américaines (Amazon, Facebook, Google, Netflix, Apple et Microsoft) ont ainsi « économisé » au moins cent milliards de dollars au cours des dix dernières années. Parmi les entreprises citées, c’est Amazon qui paierait proportionnellement le moins d’impôts.