Amazon n’accepte plus de produits non essentiels dans ses entrepôts

Amazon n’accepte plus de produits non essentiels dans ses entrepôts

Pendant la crise du coronavirus, Amazon ne permettra plus que la livraison des produits les plus essentiels dans ses entrepôts américains et européens. Le détaillant en ligne veut ainsi garder de la place pour les produits médicaux et indispensables.

 

Les demandes liées à l’épidémie sont prioritaires

La demande en ligne augmente rapidement puisque le nombre de personnes confinées ne cesse d’augmenter. Afin de pouvoir continuer à répondre à cette nouvelle demande en produits quotidiens ou liés à la santé, pour la plupart, le retailer en ligne fait de la place dans ses entrepôts et refuse donc actuellement certains biens jugés non essentiels.

 

Les partenaires commerciaux de la plateforme ont été informés mardi du presque épuisement des stocks de produits ménagers et de fournitures médicales et du fait qu’Amazon allait donc donner la priorité à certaines catégories de biens afin de « recevoir, être réapprovisionné et expédier rapidement ces produits aux clients », a déclaré l’agence de presse Reuters.

 

Produits pour bébés, produits d’épicerie et livres

Jusqu’au 5 avril, Amazon n’autorisera plus l’arrivée de fournitures non — essentielles dans ses centres de distribution américains et européens. Cela ne signifie pas qu’Amazon cesse temporairement de vendre ces articles en question, tels que les appareils électroniques et les jouets, mais simplement que les stocks de ces produits pourraient être plus vite épuisés dans les semaines à venir ou que les vendeurs devront les expédier directement aux consommateurs.

 

Amazon a déjà déterminé quelles seraient les catégories essentielles autorisées dans ses entrepôts. Il s’agit notamment de produits pour bébés, de produits de beauté et de soins, de produits alimentaires, mais aussi de matériel industriel et scientifique, d’articles pour animaux de compagnie et de livres.

 

Amazon compte sur la « compréhension » de ses partenaires commerciaux

« Nous comprenons que c’est un changement pour eux et nous les remercions pour leur compréhension », a déclaré Amazon dans un communiqué. Toutefois, selon Reuters, cette décision pourrait également avoir des conséquences imprévues pour le géant en ligne : il semble en effet que les revenus publicitaires — très lucratifs pour Amazon — pourraient bien s’effondrer si les commerçants utilisent moins la plateforme. 

 

Il y a, de plus, de fortes chances que les vendeurs se tournent alors vers d’autres canaux de vente, comme Wish ou eBay, surtout maintenant que la production redémarre en Chine. Il est évident que l’épidémie du coronavirus met même Amazon à l’épreuve. Il y a peu, le géant du commerce électronique, originaire de Seattle, avait annoncé rechercher d’urgence 100 000 employés supplémentaires aux États-Unis pour répondre au pic de demandes.