Amazon se lance dans les tests de la Covid-19 : les soins de santé sont-ils sa prochaine cible ?

Amazon se lance dans les tests de la Covid-19 : les soins de santé sont-ils sa prochaine cible ?
Image : Claudio Divizia / Shutterstock.com

Amazon sort de la crise du coronavirus encore plus fort qu’il ne l’était déjà : non seulement le commerce électronique a le vent en poupe, mais le géant de la technologie investit également dans des tests de détection du coronavirus et dans la première chaîne d’approvisionnement sans virus au monde. Cela pourrait être un tremplin vers les soins de santé, estime le professeur Scott Galloway.

 

Tests de coronavirus et papier toilette

Amazon investit la totalité de ses bénéfices trimestriels de quatre milliards de dollars, et peut-être plus, dans la protection contre le coronavirus et ses tests propres. Jeff Bezos a déjà acheté un véritable laboratoire d’essais pour s’assurer que le personnel et, à long terme, peut-être même les clients, ne soient pas contaminés par le coronavirus. Pourquoi ? Alors que l’économie mondiale et le monde des entreprises sont au point mort, Amazon veut continuer à tourner à plein régime. 

 

« Amazon met en place la première chaîne d’approvisionnement “sans virus” à l’échelle mondiale », déclare Scott Galloway, professeur à l’université de New York, à Knack. Galloway est l’auteur du livre The Four sur le pouvoir d’Amazon, Apple, Facebook et Google et est un connaisseur d’Amazon reconnu. « Je suis convaincu qu’Amazon peut et va rapidement proposer ces tests actuellement réservés à son personnel aux clients qui sont membres de son programme de fidélité Prime. »

 

La taille et l’appétit de croissance de la société de Seattle impliquent que Bezos doit se tourner vers de nouveaux secteurs importants s’il souhaite maintenir son taux de croissance phénoménal et satisfaire les investisseurs. Le prochain secteur potentiel serait donc celui des soins de santé, estime Galloway : « L’appréciation en bourse implique qu’Amazon devrait augmenter son chiffre d’affaires d’environ 100 milliards de dollars au cours des cinq prochaines années. Cela représente 50 millions de dollars par jour.

 

Inarrêtable

Personne ne peut faire obstacle à la croissance du puissant acteur mondial, selon l’Américain. Et certainement pas maintenant : Amazon est “too big to fail” et fait actuellement tourner l’économie américaine presque à lui seul. “Il y a plus de trente millions de demandeurs d’emploi aux États-Unis, et Amazon en a déjà recruté 175 000. Au cours de l’année à venir, nous allons observer une migration massive du personnel des PME vers les grandes entreprises”, déclare Galloway. Le personnel pourrait bien devoir travailler sous des conditions moins favorables, sans statut permanent et se voir contraint de travailler à domicile.

 

Selon Galloway, seul Shopify, qui a annoncé la semaine dernière un partenariat avec Facebook et Instagram, pourrait être un concurrent sérieux, car l’approche de ce service de commerce électronique fonctionne en sens inverse. Les détaillants et les marques peuvent ouvrir une boutique en ligne sous leur propre nom grâce à Shopify, contrairement à Amazon. Shopify n’agit qu’en coulisses, offrant logistique et soutien. Un million d’entreprises internationales et plus de la moitié des fabricants de vêtements qui vendent directement aux consommateurs utilisent ce service.

 

Malgré tout, personne ne représente réellement une menace pour Amazon, souligne Galloway. Au Benelux aussi, la situation devrait beaucoup évoluer, même si, en raison de la crise du coronavirus, les choses sont encore relativement calmes depuis le lancement d’Amazon.nl fin de l’année dernière. Cela pourrait changer dans les années à venir, semble-t-il.