Confinement : les librairies et les fleuristes peuvent également rester ouverts

Jardin de plantes
Shutterstock.com

(Mise à jour) La liste officielle des magasins essentiels qui peuvent rester ouverts pendant le confinement est beaucoup plus longue qu'au printemps dernier. Les librairies, les fleuristes, les magasins de bricolage et les magasins de tissus, entre autres, ne sont pas obligés de fermer.

 

L'enlèvement et la livraison sont autorisés

Le ministre des petites et moyennes entreprises, David Clarinval, a annoncé samedi soir la liste des magasins qui sont autorisés à rester ouverts pendant les six prochaines semaines. "Je suis conscient des épreuves que traversent les indépendants qui doivent cesser leurs activités. Je m'engage à les soutenir, je ne laisserai tomber aucun secteur", rapporte-t-il. Il souligne également que toutes les entreprises qui doivent fermer peuvent offrir des services d’enlèvement et de livraison. Cela aussi est très différent des mesures prises lors de la première vague.
 

Entre-temps, l’arrêté ministériel a été publié. Voici donc la liste officielle des magasins qui peuvent rester ouverts :
 

1° les magasins d'alimentation, y compris les magasins de nuit ;
2° les magasins de produits d’hygiène et de soins ;
3° les magasins d'alimentation pour animaux ;
4° les pharmacies ;
5° les marchands de journaux et les librairies ;
6° les stations-services et fournisseurs de carburants et combustibles ;
7° les magasins de télécommunications, à l'exclusion des magasins qui ne vendent que des accessoires ;
8° les magasins de dispositifs médicaux ;
9° les magasins de bricolage ;
10° les jardineries et pépinières ;
11° les magasins de fleurs et de plantes ;
12° les magasins en gros destinés aux professionnels,
mais uniquement au bénéfice de ces derniers ;
13° les commerces de détail spécialisés qui vendent
des tissus d'habillement ;
14° les commerces de détail spécialisés qui vendent
des fils à tricoter et des articles de mercerie ;
15° les magasins de papeterie.
 

Devront donc fermer : les magasins de vêtements et de chaussures, les bijoutiers, les magasins de décoration, les magasins de meubles, les magasins d'électronique, les magasins de jouets et les professions de contact tels que les coiffeurs, les salons de bien-être et de beauté.

 

« Concurrence déloyale »

Les supermarchés doivent vider leurs rayons qui sont en concurrence avec les détaillants qui doivent fermer leurs portes. Cette mesure doit éviter la concurrence déloyale. Cela signifierait donc que les supermarchés et les hypermarchés devraient fermer leurs départements de la mode, des jouets et de la maison, par exemple. Les jardineries ne pourront pas vendre des meubles ou de la décoration.
 

Tous les détaillants ne sont pas d'accord avec cette liste. Le fait que des magasins de bricolage généraux puissent rester ouverts alors que des magasins spécialisés dans la peinture ou d'autres matériaux de construction doivent fermer est une chose à laquelle le pdg Toon Bossuyt de Colora, entre autres, s'interroge : il parle de distorsion de la concurrence. Selon ses propres termes, sa proposition est aussi juste que simple : « Fermez tous les magasins de bricolage et autorisez-les tous à ouvrir un point de collecte. Cela limite autant que possible tous les contacts (non seulement en paroles, mais aussi en actes), il n'y a pas de distorsion de concurrence et les commerçants locaux se voient offrir les mêmes possibilités. »