L’e-commerce chez Unilever représente déjà 2,5 milliards

L’an dernier, Unilever a enregistré une hausse de pas moins de 47 % de son chiffre d’affaires issu de l’e-commerce. Près de 5% des 50 milliards d'euros de chiffre d'affaires proviennent de la vente en ligne, sous toutes ses formes.

 
Priorité à l’e-commerce dans les principaux marchés

En 2018, l’e-commerce représentait 2,49 milliards d'euros de chiffre d'affaires chez le producteur de produits de grande consommation Unilever, soit 4,9% du chiffre d'affaires total qui dépassait largement les 50 milliards d'euros. L’année précédente, l’e-commerce représentait 3,3% des 53,71 milliards d'euros de chiffre d’affaires total. Il s’agit de tous les types de vente en ligne : vente directe au consommateur (B2C), business-to-business (B2B) et B2B2C.

 

Le producteur des marques telles que Dove, Becel et Lipton continuera d'investir massivement dans l’e-commerce à l'avenir, déclare le PDG Alan Jope dans le rapport annuel publié récemment. Unilever affirme que sa croissance en ligne est plus rapide que celle du marché mondial de l’e-commerce et que l’entreprise est « en bonne voie de créer une activité e-commerce à grande échelle ».

 

Dans le cadre d’une stratégie globale, Unilever coopère surtout avec des marchés tels qu’Amazon et Taobao, une filiale d'Alibaba en Chine. L’e-commerce représente déjà plus de 20 % du chiffre d’affaires total chinois et reste dès lors une priorité pour les 30 principaux marchés de l'entreprise, affirme Jope.

 

« Fragmentation des voies traditionnelles »

Le dirigeant espère mettre au point un modèle commercial e-commerce équilibré fondé sur les retailers en ligne, les ventes en ligne dans les magasins physiques et les modèles de vente directe aux consommateurs. Il souhaite ainsi « faire face à la fragmentation rapide des voies traditionnelles d’accès au marché », selon Digital Commerce 360.

 

Pour appuyer cette numérisation, la multinationale recrute également de nouvelles personnes expérimentées dans le secteur. Sunny Jain, un ancien responsable FMCG chez Amazon, a récemment été nommé à la tête de la business unit beauté et soins personnels. L'an dernier, Marta Dalton qui venait de chez Coca-Cola, a été nommée directrice e-commerce mondial.