L’e-commerce sauve 20 % du chiffre d’affaires, mais est trop coûteux

L’e-commerce sauve 20 % du chiffre d’affaires, mais est trop coûteux
Shutterstock

Les détaillants ayant misé sur le commerce en ligne pendant la fermeture obligatoire ont réussi à sauver 20 % de leur chiffre d’affaires. Cependant, les coûts de transport et de livraison sont tellement élevés que certains d’entre eux pourraient bientôt renoncer à nouveau à ce canal de vente.

 

La moitié s’est lancée dans l’e-commerce

Les petits commerçants et les exploitants d’établissements horeca sont rapidement passés à la vente en ligne pendant le confinement : bien que les deux tiers d’entre eux ne possédaient pas de boutique en ligne avant l’épidémie du coronavirus, la moitié d’entre eux se sont maintenant lancé dans la vente en ligne. Les entrepreneurs qui « créent rapidement leur propre site web ou font de la publicité via Instagram take-away » ont également réussi à sauver 20 % de leur chiffre d’affaires habituel par le biais du commerce électronique. Ceci, combiné à la prime de compensation et toute autre mesure de soutien, permettrait, tout juste, « à la plupart des commerçants de survivre et de rouvrir à l’heure actuelle », estime Joris Beckers de l’Université d’Anvers.

 

Cependant, même les nouveaux détaillants en ligne constatent que ces ventes sont loin d’être rentables : les frais de transport et de livraison constituent un problème pour les commerçants locaux. 80 % des commerçants font appel à bpost pour le transport, alors que les livraisons dans un rayon limité sont souvent effectuées par les détaillants eux-mêmes. Principalement des clients locaux 90 % du chiffre d’affaires en ligne des détaillants est généré par des clients de leur province. « Le Flamand a donc écouté les appels répétés et soutient clairement le commerçant local », déclare la co-chercheuse, Ann Verhetsel.

 

83 % des détaillants continuent cependant d’utiliser le magasin physique comme principal canal de vente, tandis que le commerce électronique est considéré par beaucoup comme une mesure de crise. Les chercheurs s’attendent à ce qu’une partie des ventes en ligne disparaissent à nouveau dans le futur.