La crise du coronavirus affecte-t-elle aussi les retailers belges ?

La crise du coronavirus affecte-t-elle aussi les retailers belges ?
Shutterstock.com

La Chine est le premier producteur mondial de textiles, de jouets et d’électronique, mais en raison de la crise du coronavirus la production est pratiquement à l’arrêt. Si la crise se poursuit, elle pourrait également entraîner des problèmes d’approvisionnement et une vague de rayons vides dans les magasins en Belgique.

 

iPhone

La crise logistique imminente est causée par la position extrêmement dominante de la Chine en tant que pays de production. Cela s’explique entièrement par la présence de chaînes d’approvisionnement spécialisées dans le pays même, ou dans les pays voisins comme Taiwan et la Corée du Sud. Non seulement le produit final (comme l’iPhone) vient de Chine, mais presque toutes les pièces détachées sont également fabriquées dans le pays. Cela signifie qu’Apple, par exemple, ne peut pas simplement transférer la production du célèbre smartphone dans un autre pays.

 

Apple est peut-être la marque la plus emblématique parmi les entreprises déjà gravement touchées par la crise du coronavirus. L’iPhone est assemblé par l’entreprise chinoise Foxconn et celle-ci travaille actuellement avec une capacité très limitée en raison d’un certain nombre de mesures visant à désamorcer la crise. De ce fait, les livraisons d’iPhone ont pris du retard.

 

Stocks importants

Tout ceci soulève la question de savoir dans quelle mesure la Belgique est dépendante de la Chine et pour quels produits. Selon Janick De Saedeleer, porte-parole de MediaMarkt, il n’y a pas de problème à court terme. La dépendance directe à la Chine est plutôt limitée et les stocks sont, de plus, suffisamment importants pour le moment.

 

À plus long terme, cependant, des problèmes pourraient survenir dans certaines catégories de produits. Par exemple, les machines à laver et les réfrigérateurs contiennent un certain nombre de pièces provenant de Chine, même si les machines sont assemblées en Europe. « Si les problèmes de production en Chine dus au virus persistent encore longtemps, nous ne pouvons pas exclure que certains articles disparaissent des rayons. », a déclaré Janick De Saedeleer au journal De Standaard.

 

Pour Colruyt, des difficultés potentielles pourraient survenir pour Dreamland, sa filiale jouets, si la crise venait à perdurer trop longtemps. « Les stocks sont suffisamment importants et les produits pour l’été, tels que les jouets gonflables, ont été fabriqués avant l’apparition du virus et sont maintenant en route pour l’Europe », explique la porte-parole de l’entreprise, Silja Decock. Mais c’est la rentrée scolaire de septembre qui pourrait poser problème, car de nombreuses fournitures scolaires, telles que les cartables et les stylos à bille, sont aussi fabriquées en Chine.