La famille Jumbo et l’ex-propriétaire Boekhoorn reprennent-ils Hema ?

La famille Jumbo et l’ex-propriétaire Boekhoorn en tête pour la reprise d’Hema
Photo : robert coolen / Shutterstock.com

Le groupe d’investissement Parcom est un des favoris pour la reprise de Hema, mais il ne fait pas cavalier seul. En effet, l’ancien propriétaire Marcel Boekhoorn et la famille «Jumbo» Van Eerd sont à la manœuvre...

 

La famille Jumbo en son nom propre

Trois des huit candidats alignés pour reprendre Hema s’avèrent être sérieux et sont toujours en lice, indique Het Financieele Dagblad. Parcom est actuellement le favori dans cette course pour la reprise à la faveur de ses relations privilégiées avec nul autre que la famille Van Eerd, propriétaire du groupe de supermarchés Jumbo, et l’ancien propriétaire de Hema, Marcel Boekhoorn. 

 

Le fait que la famille Jumbo y participe est remarquable, car la holding de supermarchés avait annoncé plus tôt qu’elle ne voulait pas soumettre une offre en tant que société. Il s’agirait désormais d’un investissement à titre privé. Le fait que les propriétaires de Jumbo croient en Hema apparaît d’ores et déjà clairement : le détaillant alimentaire coopère déjà avec l'enseigne en plaçant une partie de l’assortiment dans ses supermarchés.

 

La « bombe nucléaire » fonctionne

Boekhoorn a à nouveau mis le pied à l’étrier grâce à sa « bombe nucléaire », comme le suppose le FD. Dans cette société (Bonubo bv ou « Boekhoorns Nucleaire Bom »), l’ancien propriétaire de Hema a placé un « paquet » comprenant, entre autres, 20 millions d’euros de pertes indemnisables. Elles pourraient s’avérer bien utiles auprès des autorités fiscales, car il se peut que Hema doive s’acquitter d’une dette fiscale de pas moins de 112,5 millions d’euros. Boekhoorn peut alléger cette ardoise fiscale avec sa « petite bombe », ce qui lui confère l’avantage et la possibilité d’être toujours en lice dans le cadre des négociations pour la reprise.

 

Les autres candidats à la reprise sont une société d’investissement étrangère non spécifiée et, chose surprenante, deux initiatives citoyennes (WeLoveHema et HouDeHema) émanant d’anciens employés et de fans de la chaîne de vente au détail. Ils auraient fait cause commune avec une tierce partie dont ils ne révèlent pas le nom. Ahold Delhaize a annoncé en début de semaine qu’elle n’avait pas soumis d’offre.