Le commerce demande un plan d’action pour une meilleure sécurisation des magasins

Le commerce demande un plan d’action pour une meilleure sécurisation des magasins

Vu l’augmentation de la criminalité en magasin et la menace terroriste, Comeos demande des accords concrets en matière de sécurité avec les autorités et la police. Carrefour pour sa part a entamé une vaste opération de sécurisation de son réseau de magasins de proximité.

Un milliard d’euros de pertes

Selon la fédération du commerce Comeos, la criminalité grandissante coûte plus d’un milliard d’euros au secteur chaque année. « Cela signifie que tout le monde paie, à la fois pour les mesures de prévention, les systèmes de sécurité et les pertes directes engendrées par les ‘petits’ vols à l’étalage », explique Dominique Michel, CEO de Comeos.


A cela il faut ajouter que « depuis l’année dernière nous sommes confrontés à la dure réalité de la menace terroriste », souligne le CEO. « Lorsque la menace terroriste est passée au niveau 4 l’année dernière à Bruxelles, les commerçants belges ont perdu pas moins de 100 millions d’euros entre le 21 et 29 novembre. »


« Nous souhaitons en premier lieu qu’il y ait un ensemble de mesures de sécurité concrètes et transparentes en relation avec le niveau de menace », indique Michel. « Ce n’est que de cette façon que le commerçant peut savoir ce qu’on attend de lui : fermer les magasins ou non, renforcer la surveillance ou pas,… De telles mesures existent pour les transports en commun. Nous voulons que le commerce soit impliqué plus étroitement. Il ne faut pas oublier qu’un commerçant est responsable non seulement de la sécurité de son propre personnel, mais aussi de celle de ses clients ou visiteurs. »

 

Comeos souligne également la nécessité d’une plate-forme en ligne , un ‘Retail Information Network’,  permettant l’échange d’informations entres les autorités et les commerçants. Et enfin la fédération demande une meilleure sécurisation des espaces commerciaux, l’installation de caméras de surveillance sur la voie publique devant les magasins – ce qui n’est pas permis par la législation actuelle – et une surveillance accrue en matière de cybercriminalité.


Mesures de sécurité supplémentaires chez Carrefour Express

Carrefour pour sa part a entamé une vaste opération de sécurisation de son réseau de magasins de proximité. « Vu la sécurisation accrue des grands magasins, les magasins de proximité ces dernières années sont plus régulièrement la cible de criminels », explique le porte-parole Baptiste Van Outryve.


C’est pourquoi Carrefour a décidé de déployer un plan de sécurité basé sur trois systèmes : un cashbox à temporisateur, un coffre-fort à temporisateur et un bouton d’alerte caché, afin que « personne n’ait encore un accès direct au cash ».


Le groupe dit avoir analysé tout le réseau de magasins de proximité, ce qui a permis ensuite de sélectionner les magasins prioritaires. « Dans ces points de vente Carrefour a commencé à renforcer les mesures de sécurité. Désormais chaque nouveau magasin Express qui ouvrira ses portes, sera équipé d’un triple système de sécurité », indique Van Outryve. « Précisons que dans certains magasins plusieurs de ces mesures étaient déjà d’application. »