Le coronavirus coûtera-t-il la vie à 20 000 magasins britanniques ?

Le coronavirus coûtera-t-il la vie à 20 000 magasins britanniques ?

20 000 magasins britanniques sont susceptibles de disparaitre, et ce, même à la fin du lockdown. Le Centre for Retail Research (CRR) craint également la perte définitive de 250 000 emplois dans le secteur du commerce de détail.

 

Fermetures en cours de planification

Depuis lundi soir, tous les magasins non essentiels du Royaume-Uni ont aussi dû fermer leurs portes afin de respecter les mesures d’isolement décrétées pour éviter la propagation du coronavirus. Des experts en commerce de détail craignent cependant que bon nombre d’entre eux ne les rouvrent plus jamais. Cette pandémie pourrait bien être le coup de grâce pour de nombreux détaillants et commerçants qui, plus encore au Royaume-Uni qu’au Benelux, essaient déjà tant bien que mal de garder la tête hors de l’eau

 

Le CRR a calculé qu’un total de 20 620 magasins mettront la clé sous la porte d’ici la fin de l’année 2020. Cela représente 4 547 entreprises de plus qu’en 2019. À cause de cela, mais aussi en raison des réductions des coûts, 235 714 emplois disparaitront dans le commerce de détail à la fin du lockdown, rapporte FashionUnited.

 

Les grands distributeurs planifient déjà ces fermetures, selon le professeur Joshua Bamfield, directeur du CRR : « Nous nous attendons à ce que les grandes entreprises du secteur retail se penchent maintenant sur le nombre exact de magasins qu’elles décideront de garder ouverts en 2021 et au-delà pour continuer à avancer avec succès dans le futur. Ils vont maintenant élaborer des plans pour atteindre ces objectifs. » Certaines chaînes scandinaves prouvent déjà que ce scénario peut réellement se réaliser.

 

Soutien efficace du gouvernement

Certains signes sont toutefois encourageants : selon M. Bamfield, les mesures de soutien offertes par le gouvernement réduiront considérablement le nombre de fermetures de magasins et de licenciements. Par exemple, les détaillants seront exonérés de la taxe sur les immeubles commerciaux tout au long de l’année et un système de crédit et de prêts gouvernementaux a été mis en place.

 

En outre, selon le CRR, la reprise après le lockdown prendra la forme d’une courbe en V modérée, les consommateurs pouvant se laisser aller un peu vers la fin de l’été, entrainant ainsi un pic de dépenses. Le fait que rapport prenne en compte l’extension prévue des mesures d’isolement n’est pas mentionné. Enfin, les experts de l’OCDE ont déjà indiqué qu’une telle courbe en V avec une reprise rapide était probablement une estimation beaucoup trop positive de la réalité.