Le coronavirus déclenche une vague de charité

Le coronavirus déclenche une vague de charité
L'Oréal

Malgré, ou plutôt justement à cause de, la crise du coronavirus, déclenche une avalanche de dons. Les détaillants et les marques se montrent leur meilleur jour et font don de grandes sommes d’argent ou de marchandises pour la lutte contre le virus.

 

Des millions de masques

Une nouvelle semaine de crise apporte cette fois-ci une étonnante vague de solidarité. On donne ainsi des masques à profusion, ou on en fait du moins du moins la promesse aux États-Unis : Apple a annoncé faire un don de deux millions de masques aux professionnels de la santé, alors que Facebook en donne 720 000 et que le PDG de Tesla, Elon Musk, fait livrer un « camion rempli » d’équipements de protection tels que des masques et des blouses à un hôpital de Los Angeles.

 

Google lance, à son tour, un appel aux dons pour le Fonds des Nations Unies et s’engage à verser lui-même deux dollars pour chaque dollar versé. À l’heure où nous écrivons ces lignes, près de 100 000 dollars ont déjà été récoltés.

 

Nike promet d’offrir 15 millions de dollars à différentes associations caritatives, dont la plupart se trouvent dans son État d’origine, l’Oregon. Cependant, le plus gros don hors États-Unis ira à la Belgique : la marque de sport donne un million d’euros à la Fondation Roi Baudouin pour soutenir des partenaires communautaires en Europe, au Moyen-Orient et en Afrique.

 

Gel hydroalcoolique et solidarité

L’Oréal met même un véritable plan de solidarité sur pied, dont l’objectif principal est la production et la distribution de gel hydroalcoolique. Les usines augmentent leur production et le gel pour les mains sera distribué à la fois par le réseau de La Roche-Posay, et aux détaillants alimentaires, qui commercialisent des produits L’Oréal, pour protéger leurs employés.

 

En outre, afin de protéger ses clients sur le plan économique, L’Oréal gèle toutes les créances des petits salons de coiffure et des parfumeries jusqu’à ce que ces derniers puissent reprendre leurs activités. Pour les « fournisseurs les plus vulnérables », la société de cosmétiques raccourcit les délais de paiement et déclare même payer au comptant. Enfin, la société versera également une subvention d’un million d’euros pour la lutte contre la pauvreté.

 

Il ne faut parfois pas aller bien loin pour trouver de bonnes causes, mais il suffit souvent de se pencher sur ses propres problèmes. Par exemple, la marque de mode espagnole Mango a dû demander le chômage temporaire pour ses 4767 employés espagnols à cause du lockdown, mais a accompagné cela de quelques promesses de compensation. Le détaillant promet ainsi de compléter le salaire brut des employés concernés qui recevraient moins de 2000 euros, tandis que la direction renonce à une partie de leur salaire. Le CEO, Tony Ruiz déclare, a déclaré qu’il n’accepterait aucun salaire tant que le pays sera en état d’urgence.