Le développement durable gagne également du terrain dans le secteur du luxe

Le développement durable gagne également du terrain dans le secteur du luxe

Le secteur du luxe s'oriente également vers le développement durable : les modèles économiques tels que la location, la vente de biens d'occasion et la copropriété sont quelques-unes des tendances qui ont caractérisé le secteur durant l'année écoulée.

 

Nouveaux modèles d'affaires

Le secteur du luxe, lui non plus, n'échappe pas à la transition d'une économie linéaire vers une économie plus circulaire, écrit mds. "L'évolution de la mentalité du  consommateur stimule le développement de modèles d’affaires adjacents, une opportunité que les marques doivent saisir de manière proactive", selon le dernier rapport ‘Worldwide Luxury Market Monitor 2019’ de Bain & Company et Altagamma.

 

Ainsi le marché du luxe d'occasion, très apprécié par les jeunes consommateurs,  représente 26 milliards de dollars (23 milliards d'euros) par an. Les articles et accessoires de mode en particulier sont très prisés : ils représentent 78% du marché de l'occasion.

 

En ligne

Les vêtements et accessoires de luxe d'occasion gagnent donc du terrain, mais par rapport à l'ensemble du secteur du luxe, la part reste relativement limitée (22%). Des sociétés telles que Vestiaire Collective ou The Real Real, spécialisées dans la revente en ligne de mode de luxe, réalisent 30% de ce chiffre d'affaires. Les 70 % restants sont dépensés dans des magasins physiques.

 

L'Europe est en tête dans le domaine des articles de luxe d'occasion : 55% du chiffre d'affaires total y est réalisé. Les États-Unis génèrent 27%, tandis que le reste du monde atteint à peine 18%.