Le propriétaire 3i souhaite quand même conserver Action

Le propriétaire 3i souhaite quand même conserver Action
Foto: Shutterstock

L’investisseur 3i souhaite quand même garder l’entièreté d’Action. Bien que le propriétaire de la chaîne discount ait annoncé la semaine dernière qu’il cherchait un repreneur pour une partie de sa participation dans Action, 3i nie tout en bloc.

La durée d’investissement prend fin en 2019

80% de la chaîne discount néerlandaise Action est aux mains du groupe d’investissement britannique 3i, mais une partie de ces 80% - 35 pour cent pour être précis – est détenue par le fonds privé Eurofund V. Ce fonds travaille avec des capitaux d’investisseurs privés et est géré pour leur compte par 3i Group.

 

La période durant laquelle les investisseurs du fonds avaient souscrit aux actions Action expirera en 2019 et il semblerait que les investisseurs privés choisissent de ne pas rempiler : pour l’instant, ils ne montrent aucun intérêt à prolonger la durée d’investissement, mais bien à s’approprier le rendement.

 

Lors d’une présentation devant des analystes financiers, Simon Borrows, le président de 3i, avait donc suggéré que les investisseurs étaient à la recherche de nouveaux investisseurs pour la participation minoritaire de 35 pour cent. En d’autres termes, cela signifiait qu’une partie d’Action était en vente.

 
3i souhaite maintenir sa position au sein d’Action

Quand même pas, semble-t-il maintenant. Le groupe d’investissement britannique ne souhaite pas affaiblir sa position au sein d’Action et veut maintenir pleinement sa participation dans la chaîne discount, avec ou sans Eurofund V. « 3i souhaite rester l’actionnaire de référence d’Action comme il l’a été depuis la reprise d’Action en 2011 », explique la porte-parole Kathryn van der Kroft au journal De Tijd.

 

Cependant, il est « possible qu’il y ait une restructuration de la participation d’Eurofund V dans Action en 2019 », avoue Van der Kroft. Il est donc possible qu’un nouveau fonds soit créé, ou que 3i s’approprie l’entièreté des 35 pour cent, comme les autres 45 pour cent que le groupe d’investissement coté en bourse détient déjà dans son portefeuille.