Le propriétaire d’Action veut renforcer son emprise sur l’enseigne

La société d’investissement 3i, propriétaire d’Action, est loin de vouloir se séparer du discounter non-food. Bien au contraire, 3i veut augmenter sa participation, mais sans rien débourser.


Le moment de rester ou de partir

Contrairement aux habitudes des grandes sociétés d’investissement, l’amour entre le propriétaire 3i et Action est de longue durée : l’investisseur, qui détient 80% des actions de la chaîne néerlandaise, annonce dans son rapport annuel vouloir rester actionnaire durant de longues années encore. Voire même augmenter sa participation dans Action, écrit le journal Financieele Dagblad.


Récemment il était pourtant question d’une sortie imminente. Eurofund V, un fonds d’investisseurs privés géré par 3i, détient 35% des actions que possède 3i dans Action. Toutefois ce fonds expire en novembre et certains de ces investisseurs privés souhaiteraient encaisser leurs actions. Par conséquent la participation de 3i dans Action diminuerait, à moins que 3i n’intervienne. Vu que les sociétés d’investissement ont l’habitude de revendre les entreprises de leur portefeuille après cinq ans environ, les analystes jugeaient le moment opportun pour 3i de céder Action dans sa totalité.


Rachat d’actions propres

Mais 3i n’en a pas l’intention et souhaite qu’Action rachète les actions des investisseurs qui se retirent. Si la chaîne discount diminue le nombre d’actions en circulation en les rachetant, la participation du propriétaire 3i augmentera automatiquement – sans que le groupe d’investissement ne doive débourser quoi que ce soit. Autre option : rechercher d’autres investisseurs prêts à racheter les actions des investisseurs qui souhaitent se retirer d’Eurofund V.


Vu les projets sur le long terme de 3i avec Action, l’entreprise a modifié sa politique de bonus. Jusqu’à l’an dernier le bonus du management dépendait du montant de la cession d’Action, mais cette clause a été annulée en 2018. Ainsi l’an dernier la chaîne a pu verser un bonus de 3,9 millions d’euros au total à 300 employés. Un montant supplémentaire de 12 millions d’euros a été réservé pour de futurs bonus.