Le travail de nuit dans l’e-commerce autorisé à partir du 20h

Le travail de nuit dans l’e-commerce autorisé à partir du 20h

Le gouvernement va adapter l’accord conclu cet été concernant le travail de nuit dans l’e-commerce. Désormais le travail de nuit sera autorisé à partir de 20h moyennant l’accord d’un seul syndicat.

Une CCT pour le secteur d’ici deux ans

Cet été un accord avait déjà été conclu, autorisant le travail de nuit à partir de minuit moyennant l’accord d’un seul syndicat. Cette nouvelle réglementation avait suscité bon nombre de critiques, car les heures entre 20 heures et minuit, en particulier, sont extrêmement importantes dans l’e-commerce. Dès lors le ministre de l’Agenda numérique Alexander De Croo a décidé de modifier le texte afin de permettre le travail de nuit à partir du 20h.


Durant la période 2018-2019 les entreprises auront déjà la possibilité de conclure un accord en ce sens au niveau de l’entreprise via le règlement du travail. D’ici deux ans une CCT suivra pour tout le secteur.


Critiques des syndicats

Les syndicats pour leur part se montrent critiques face à cette nouvelle réglementation : « C’est un petit jeu politique pour montrer qu’ils s’en occupent. Nous avons convenus avec les autres syndicats que nous ne nous laisserions par diviser. Il n’y aura pas d’accords sans le feu vert de tous les syndicats réglementairement représentés », souligne Erwin De Deyn, président fédéral du syndicat BBTK dans le journal De Standaard. De Croo pour sa part veut éviter qu’un seul syndicat ne puisse bloquer toute l’affaire.


Selon un Baromètre logistique réalisé par Montea, spécialiste des entrepôts, les réactions du secteur logistique concernant l’adaptation de la réglementation sont positives. L’enquête révèle que le travail de nuit à partir de 20h ferait grimper le chiffre d’affaires de 7,5%.  Toutefois suite aux coûts salariaux élevés, le bénéfice n’augmenterait pas. Un aspect important à prendre en compte est la concurrence avec nos pays voisins, principalement les Pays-Bas. Bon nombre d’acteurs logistiques estiment que le gouvernement devrait convaincre de grands webshops néerlandais d’implanter des activités logistiques en Belgique.