Les dépenses en ligne reculent de 8 % malgré le confinement

Les dépenses en ligne reculent de 8 % malgré le confinement
Photo : Shutterstock

Malgré le succès de l’e-commerce, les Belges ont réduit leurs dépenses en ligne de 8 % pendant le trimestre marqué par l’épidémie. Les ventes en ligne sont même restées 15 % en deçà des prévisions. BeCommerce a enquêté sur les causes de ce phénomène.

 

15 % de moins que prévu

C’est une première depuis que BeCommerce les mesure : les dépenses en ligne ont baissé en Belgique. Selon la fédération belge de l’e-commerce, les Belges ont dépensé 2,7 milliards d’euros sur Internet au premier trimestre 2020, soit 8 % de moins qu’il y a un an et 15 % de moins que prévu. Ces dernières années, l’e-commerce avait enregistré une croissance presque constante d’environ 7 % par an.

 

Le secteur des services en ligne (voyages et événements) s’est trouvé complètement paralysé : dans ce segment, les dépenses en ligne ont diminué de quelque 10 % (197 millions d’euros) en Flandre et de 4 % (39 millions d’euros) en Wallonie et à Bruxelles. Les achats de voyages en ligne ont diminué de moitié en Belgique néerlandophone, alors qu’ils n’ont baissé que d’un quart en Belgique francophone.

 

18 % de produits en plus

Mais il y a aussi de bonnes nouvelles : les achats de produits ont enregistré une croissance spectaculaire de 18 %, selon les calculs réalisés par GfK pour le BeCommerce Market Monitor. 13 % des dépenses effectuées par les consommateurs belges au premier trimestre 2020 l’ont été sur Internet. Et les consommateurs sont de plus en plus nombreux à s’essayer à l’e-commerce : BeCommerce en a recensé 7,5 millions au dernier trimestre, dont 117 000 « nouveaux ». Enfin, ceux qui ont acheté en ligne ont également acheté davantage.

 

On remarquera aussi que les produits commandés en ligne sont de plus en plus volumineux : pendant la crise sanitaire, la catégorie « Home & Garden » a même dépassé la très populaire catégorie « Media & Entertainment » (+10 %). Au total, les ventes en ligne ont augmenté de quelque 68 %, bien qu’elles subissent une légère baisse (-4 %) en Wallonie et à Bruxelles.

 

« Alors qu’ils avaient l’habitude d’acheter surtout des produits de petite taille – comme de la peinture et des bougies parfumées – sur Internet, les consommateurs n’hésitent plus à acheter et à se faire livrer des articles plus volumineux comme des meubles de jardin, des barbecues et des parasols. Nous espérons qu’ils continueront sur cette voie à présent qu’ils ont découvert la commodité des livraisons à domicile », déclare Sofie Geeroms, PDG de BeCommerce.