Les plateformes étrangères continuent à dominer l'e-commerce belge

Shutterstock.com

La crise sanitaire a dopé l'e-commerce dans notre pays. Mais ce sont surtout les grandes plateformes étrangères comme bol.com et Amazon qui en ont profité.

 

20.000 nouvelles boutiques en ligne

Selon Comeos, la fédération du commerce, environ 20 000 boutiques en ligne ont ouvert leurs portes en Belgique l'an dernier. On recense aujourd'hui près de 50 000 boutiques en ligne avec un numéro de TVA belge. La croissance spectaculaire du secteur est évidemment en grande partie imputable à la crise sanitaire : de nombreux commerçants ont été contraints de passer à l'internet. Simultanément, les consommateurs ont été tout aussi nombreux à découvrir les avantages et la commodité des achats en ligne.

 

Globalement, les dépenses en ligne ont augmenté de 36 % l'année dernière en Belgique. Malheureusement, ce sont les grandes plateformes étrangères qui ont absorbé la plus grande partie de cette croissance du chiffre d'affaires, rapporte De Standaard. Lors du premier confinement du printemps 2020, le chiffre d'affaires de bol.com a enregistré des augmentations de 180 %. D'autres géants de l'e-commerce comme Amazon et Zalando ont également fait d'excellentes affaires pendant cette période.

 

Box repas

Les catégories de produits achetés principalement en ligne sont également de plus en plus nombreuses. Et cette tendance va encore prendre de l'ampleur au cours des années à venir, affirme Comeos. La fédération note également que les denrées alimentaires, les outils de bricolage, les meubles de jardin, les lunettes et les bicyclettes sont de plus en plus vendus en ligne. Le marché des box repas est typique de ces évolutions. « Le budget consacré par les consommateurs aux box repas a triplé l'an dernier. Désormais, les Belges y dépensent quelque 47,7 millions d'euros par mois. Malheureusement, c'est à nouveau un groupe étranger (HelloFresh) qui est le leader sur ce marché », déclare Wim Van Edom (Comeos).

 

Comme nous achetons principalement auprès d'acteurs étrangers, que ce soit en ligne ou par le biais d'achats frontaliers, le retail belge peine à se développer. Selon Wim Van Edom, le succès de HelloFresh serait également néfaste pour l'industrie alimentaire et l'agriculture belge, car le fournisseur de box repas se fournit principalement aux Pays-Bas.