Les rumeurs vont à nouveau bon train : Carlos Brito, PDG d'AB InBev, quittera-t-il son poste en avril ?

Les rumeurs vont à nouveau bon train : Carlos Brito, PDG d'AB InBev, quittera-t-il son poste en avril ?
Thierry Hebbelinck / Shutterstock.com

Les spéculations sur le départ imminent du PDG du géant de la bière AB InBev, Carlos Brito, vont à nouveau bon train. En octobre, Brito avait déclaré que nous n'étions « pas encore débarrassés de lui », mais à l'approche de l'assemblée générale d’avril, le nom de son éventuel successeur circule à nouveau.

 

Michel Doukeris en pole position

Nous résumons brièvement l’affaire. Les rumeurs sur le départ de Brito, désormais âgé de 60 ans, avaient été lancées en septembre dernier dans le Financial Times. Le quotidien avait appris par diverses sources qu'un chasseur de têtes avait été engagé pour lui chercher un successeur, tant en interne qu’en externe. 

 

Fidèle à son habitude, AB InBev n’avait rien voulu dévoiler. Lors de la présentation des résultats du troisième trimestre, Brito lui-même semblait vouloir remettre le génie dans sa lampe. Il devait soudainement rester à la barre « pour encore bon nombre de trimestres ». Une démarche surprenante sachant que AB InBev n’a pas pour habitude de réagir à ces prétendues « rumeurs du marché ». En niant officiellement ces allégations, Brito semblait vouloir les faire taire.

 

Mais de toute évidence, cela n’a pas suffi pour endiguer les rumeurs. À l'approche de l'assemblée générale du 28 avril, les rumeurs recommencent à circuler quant à la nomination du successeur de Brito. Sans grande surprise, le nom de Michel Doukeris est à nouveau sur toutes les lèvres.

 

Maintien de la culture d'entreprise

Il est actuellement à la tête de la division nord-américaine de AB InBev. Depuis des années, Doukeris apparaît comme l’élu interne pour succéder à Brito. Il est apprécié des principaux actionnaires brésiliens de AB InBev, et serait le parfait garant d'une combinaison entre le maintien de la culture d'entreprise actuelle et l’impulsion d'un redressement.

 

En matière de redressement, il a gagné ses lettres de noblesse sur le marché nord-américain, où il a réussi, non sans quelques difficultés, à renouer avec la croissance du chiffre d’affaires. AB InBev souffre depuis plusieurs années sur le marché américain. Le marché des pils classiques, telles que la Budweiser et la Bud Light, a enregistré un déclin constant, tandis que le marché des bières artisanales, sur lequel AB InBev était sous-représenté, a prospéré.

 

Hard seltzers

Doukeris a misé sur les rachats dans le secteur de la brasserie artisanale, mais il a réalisé le redressement tant attendu avec un produit qui se situe davantage en marge de l'industrie de la bière : les hard seltzers. Il s'agit de boissons légèrement alcoolisées à base d'eau pétillante, d'alcool et d'arômes de fruits. 

 

Nous devrons attendre le 28 avril pour avoir la confirmation de ce changement au sommet chez AB InBev. Toutefois, si les rumeurs actuelles étaient avérées, d'autres informations commenceront à fuiter. Le scénario actuel suppose une annonce de la succession, suivie d'une période de transition. Brito quitterait alors définitivement son poste de PDG plus tard dans l’année.