Mattel : plus de jouets en période de coronavirus

Ekaterina_Minaeva / Shutterstock.com

Mattel, le fabricant de poupées Barbie et de Uno, a réalisé son meilleur trimestre en six ans. Les restrictions liées au coronavirus alimentent considérablement les ventes de jouets. 

 

Plus que surfer sur la vague

Les fabricants de jouets continuer à bénéficier de l’effet du coronavirus cette année : Mattel, le fabricant des poupées Barbie et des petites voitures Hot Wheels, entre autres, a vu son chiffre d’affaires net augmenté de 47 % au premier trimestre. La société a ainsi dépassé les prévisions des analystes et a réalisé son meilleur chiffre d'affaires trimestriel en six ans.


Rien que les ventes brutes de poupées Barbie ont plus que doublé en Amérique du Nord. Et la tendance se poursuit, puisque le deuxième trimestre a également bien commencé, déclare le PDG, Ynon Kreiz. La holding de jouets a également gagné des parts de marché et a enregistré une croissance de chiffre d’affaires à deux chiffres sur plusieurs trimestres consécutifs. « Cela démontre que nous avons fait plus que surfer sur la vague », a déclaré Kreiz dans le Financial Times.

 

Prévisions revues à la hausse

Mattel a réalisé un chiffre d’affaires total de 874 millions de dollars (environ 725 millions d’euros), contre 594 millions de dollars l’année précédente. Les analyses avaient tablé sur 684 millions de dollars. Le commerce électronique, en particulier, a enregistré une croissance de plus de 50 % au premier trimestre, mais les ventes en magasin repartent également à la hausse.


Pourtant, le fabricant des jeux de cartes Uno et des figurines Jurassic World reste déficitaire, mais dans une moindre mesure : la perte nette s’est élevée à 115 millions de dollars (95 millions d'euros), contre une perte de 211 millions de dollars il y a un an. Le résultat d'exploitation a grimpé à 31 millions de dollars (25,7 millions d'euros), contre un résultat d’exploitation négatif de 150 millions de dollars il y a un an.


Mattel a donc revu à la hausse ses prévisions financières pour l'année en cours. L’entreprise escompte désormais une croissance du chiffre d’affaires net de 6 à 8 %, avec un EBITDA compris entre 800 et 825 millions de dollars.