Mega World : opposition à l’éventuelle protection contre les créanciers

Mega World : opposition à l’éventuelle protection contre les créanciers
Photo : RetailDetail

(update) La Cour examine si Mega World (anciens magasins Blokker en Belgique) bénéficiera d'une protection judiciaire. Comme plusieurs propriétaires de magasins et le ministère public plaident en faveur du rejet de la demande, le verdict ne sera rendu que la semaine prochaine.

 

Les propriétaires s’interposent

Le plan de reprise présenté par Mega World pour obtenir la protection judiciaire contre les créanciers fait l'objet de nombreuses critiques. Aujourd'hui, le tribunal de l’entreprise de Malines examine la demande, mais rien que le rapport des juges sur le dossier serait déjà suspect. Ils proposent en effet l’octroi de seulement deux mois de protection contre les créanciers, et non les six mois demandés par l'entreprise. Ils considèrent en outre que le plan de relance est faible.


Trois propriétaires de magasins différents, dont Retail Estates, demandent formellement que la demande de réorganisation judiciaire soit rejetée. Retail Estates fait même intervenir des avocats pour y parvenir, rapporte De Standaard. Les syndicats restent également très sceptiques et avaient déjà demandé un administrateur temporaire.

 

Par ailleurs, il est frappant de constater que même le ministère public demande à ne pas accorder la protection judiciaire. Si indispensable, le ministère public, comme les syndicats, plaide en faveur de la désignation d'un administrateur.

 

Compte annuel simplement ajouté

Dans le dossier introduit, certaines affaires seraient également manquantes ou incorrectes. Mega World y aurait par exemple ajouté son compte annuel, alors qu’il avait été rejeté par le réviseur d’entreprise. En outre, il ne serait pas précisé que ces pièces ont été rejetées, mais seulement que le compte annuel avait été approuvé par l'assemblée des actionnaires. Certes, l’avis de rejet est susceptible d’être ajouté.


Antérieurement, les syndicats avaient également tiré la sonnette d'alarme quant à des montants disparus : selon eux, d'importantes sommes d'argent ont été transférées à l'étranger. Certains intéressés craignent que Mega World demande la protection contre ses créanciers uniquement pour couvrir de telles irrégularités. Que le plan de reprise envisage de garder tous les magasins et tous les employés semble trop beau pour être vrai, et soulève des questions quant à la « véracité » des problèmes de la chaîne. 

 

Dans ce contexte, le tribunal prend une semaine pour se prononcer : le verdict tombe lundi prochain. Si le tribunal venait à rejeter la demande de réorganisation, cela pourrait mener l’enseigne à la faillite. Toutefois, Mega World peut d'abord faire appel.