Mesures COVID-19 3.0 : couvre-feux et confinements prolongés

Shutterstock

Aux Pays-Bas, un couvre-feu à 20h30 entrera en vigueur dès vendredi, tandis qu'en Allemagne, les clients portant un masque en tissu ne sont plus les bienvenus. Quelles sont aujourd’hui les mesures COVID-19 qui s’appliquent aux détaillants en Europe ?

 

Bon nombre de magasins à nouveau fermés

À partir de vendredi, les Pays-Bas instaureront un couvre-feu du 20h30 à 9h. Un couvre-feu qui commence finalement une demi-heure plus tard que prévu, notamment pour permettre aux supermarchés de rester ouverts jusqu'à 20 heures et à leurs employés de rentrer chez eux dans les temps. Les magasins non essentiels restent fermés.
 

En Belgique, rien ne change pour l'instant : les magasins sont ouverts mais les clients sont priés de faire leurs achats seuls et la visite d'un magasin ne peut pas durer plus d'une demi-heure. La vente d'alcool est interdite après 20 heures et les magasins de nuit doivent fermer à 22 heures. Les restaurants et les bars ne sont pas autorisés à recevoir des personnes, sauf pour les plats à emporter jusqu'à 22 heures. 


L’Allemagne prolonge d’ores et déjà le confinement jusqu'au 15 février. Les magasins non essentiels restent fermés, et les consommateurs doivent désormais porter des masques buccaux « chirurgicaux »  dans les magasins essentiels et dans les transports publics : les masques chirurgicaux ou FFP2 sont donc de mise, tandis que les masques en tissu ne sont plus autorisés. 


En France , le couvre-feu est avancé à 18 heures depuis le 16 janvier. Tous les bureaux et magasins doivent également être fermés à cette heure-là, afin que les employés puissent rentrer chez eux à temps. Cette mesure restera en vigueur pendant 15 jours au moins.


Le Royaume-Uni a mis en place un système de confinements régionaux stricts : en Angleterre et au Pays de Galles, les voyages non essentiels sont interdits, et la plupart des magasins sont donc fermés. L'Écosse applique un système local comptant différents niveaux d'alerte, tandis qu'en Irlande du Nord, les magasins non essentiels sont globalement fermés. 


Après un « assouplissement de Noël » temporaire fin décembre, l’Irlande est à nouveau en confinement total. Les magasins non essentiels sont fermés, et les établissements horeca ne peuvent proposer que des formules à emporter ou des livraisons à domicile.


L'Italie divise le pays en zones de couleur, en fonction du nombre de contaminations, qui sont soumises à des mesures appropriées. La Sicile, la Lombardie et Bolzano sont actuellement des zones rouges : seuls les commerces essentiels sont ouverts et les habitants sont invités à rester autant que possible chez eux. La plus grande partie du pays étant malgré tout orange, les magasins non essentiels sont fermés.


L' Espagne a déjà décrété un couvre-feu jusqu'au début du mois de mai. Il est établi de 23 heures à 6 heures du matin, avec d’éventuelles dérogations locales. En outre, d'autres mesures sont principalement déterminées au niveau local. Par exemple, en Catalogne, les magasins et les centres commerciaux sont fermés et les habitants ne peuvent quitter leur domicile que pour des raisons valables, tandis que dans la province d'Aragon, les bars, les restaurants et les commerces non essentiels doivent fermer à 20 heures.


Le Portugal est à nouveau en confinement depuis le 15 janvier : les magasins non essentiels et les établissements de restauration sont fermés. Les mesures resteront en vigueur au moins un mois, mais elles seront réévaluées au bout de deux semaines.


Lundi dernier, la Grèce a rouvert ses magasins et centres commerciaux après leur fermeture obligatoire pendant deux semaines. Les mesures de couvre-feu, d'interdiction de voyager (même à l'intérieur du pays) et du nombre restreint de clients dans un magasin sont toujours strictement contrôlées. Seules les personnes qui disposent d'une attestation de sortie peuvent quitter leur domicile et se rendre dans les magasins.


Le Danemark a prolongé son confinement, en vigueur depuis décembre, jusqu'au 7 février. À l'exception des supermarchés et des pharmacies, tous les magasins devront rester fermés.


La Suède décide finalement de changer de cap : jusqu'à présent l'unique pays européen à ne pas avoir imposé de mesures obligatoires, le gouvernement suédois a introduit une loi d'urgence lui permettant d'imposer des restrictions sur la fréquentation des magasins et des lieux publics. Pour l'instant, tout reste ouvert.


La Suisse a renforcé ses mesures le 18 janvier. Les magasins non essentiels et les établissements horeca doivent à nouveau fermer leurs portes jusqu’à fin février. Outre pour les magasins alimentaires, des exceptions s’appliquent notamment pour les coiffeurs, les ateliers de réparation, les fleuristes, les jardineries et les magasins de bricolage.