[Opinion] Du liquide ? Pour quoi faire ?

Shutterstock.com

J’espère que vous avez comme moi passé de bonnes vacances. Voyager vous ouvre l’esprit, élargit vos horizons et vous apporte de nouvelles perspectives. Et il ne faut pour cela même pas partir bien loin. Nous avons par exemple trouvé le repos au Danemark, pays d’Europe ne faisant pas partie de la zone euro. Et pourtant, nous n’avons pas eu une seule couronne danoise en poche de tout notre séjour. Cela s’est avéré tout bonnement inutile. Le Danemark est en effet bien en voie de devenir une véritable ‘société sans cash’. Pas un commerçant ou un établissement horeca qui ne permette de payer électroniquement… voire sans contact. Étonnant !

 

‘Cashless society’

Et tout le monde est de la partie. Les Danois paient même leur tasse de café d’un simple mouvement de leur carte bancaire. Super rapide ! J’ai pour ma part dû saisir mon code, mais bon, on ne va pas ergoter. Les commerçants ne sont d’ailleurs pas les seuls à s’y mettre. Les particuliers aussi, en ville et ailleurs. Sur un marché aux puces organisé dans un petit village ne payant vraiment pas de mine, tous les propriétaires de stands arboraient une carte mentionnant leur numéro de paiement mobile sur leur table. La preuve que cette façon de faire est possible. Fini de s’encombrer de billets ou de pièces de monnaie !

 

Quel contraste avec chez nous. En Belgique, le paiement sans contact ou mobile n’en est encore qu’à ses balbutiements. Carrefour a récemment tiré la sonnette d’alarme face à la pénurie anticipée de pièces de un et deux centimes donnant à Unizo le prétexte idéal pour réitérer son plaidoyer en faveur de l’arrondi à cinq centimes obligatoire pour les paiements en espèces. Une proposition de loi en ce sens est en cours de préparation. C’est bien beau tout cela, mais les pouvoirs publics et le secteur financier ne feraient-ils pas mieux d’œuvrer à l’adoption d’une politique de paiement résolument tournée vers l’avenir ?

 

Nous sommes à la traîne. Notre attachement à l’argent liquide est irrationnel : il est coûteux, peu pratique et peu sûr. Qu(i)’est-ce qui nous retient ?