Tesco arrête ses cartes de Noël produites en prison

Tesco arrête la production de cartes de Noël réalisées en prison

La chaîne de supermarchés britannique Tesco a immédiatement stoppé la production de cartes de Noël d’une usine chinoise après avoir appris que cette dernière employait des travailleurs forcés. Une petite Londonienne a en effet découvert un appel au secours qui figurait sur l’une des cartes vendues.

 

Prisonniers politiques

« Nous sommes des prisonniers étrangers détenus dans la prison de Qingpu à Shanghai, en Chine. Nous sommes obligés de travailler contre notre volonté. Aidez-nous et informez les organisations des droits de l’homme. » Ce message figurait en caractères d’imprimerie sur une carte de Noël achetée dans un magasin de la chaîne de supermarchés Tesco. C’est une fillette de six ans a fait cette singulière découverte.

 

Tesco a réagi en arrêtant rapidement la production : la société a déclaré à la BBC être « choquée » et a ajouté qu’elle n’autoriserait jamais le travail des prisonniers dans sa chaîne de production. Le détaillant enquête également sur l’usine où les cartes de Noël sont fabriquées.

 

Le fournisseur concerné, Zhejiang Yunguang Printing, a déjà officiellement contesté ces allégations. Le directeur de l’usine, Shu Yunjia, a déclaré à la BBC qu’il n’avait jamais sous-traité de travail à la prison de Qingpu. Cependant, l’homme n’a pu expliquer comment l’appel au secours s’était retrouvé sur la carte.