Tom&Co vise 25 magasins français d’ici la fin de l’année

Tom&Co vise 25 magasins français d’ici la fin de l’année
Tom&Co

Plus d’un an après la cession de Tom&Co par Delhaize, le spécialiste de l’animalerie déborde de projets. Le groupe prépare un webshop et envisage d’augmenter le nombre de magasins physiques en France. Objectif : se convertir en entreprise omni-canal.

Les magasins physiques restent « indispensables »

Il y a plus d’un an Delhaize vendait Tom&Co à un groupe d’investissement sous la direction de Lionel Desclée, ancien membre de la direction de Delhaize Belgique. Depuis, l’enseigne spécialisée dans l’animalerie n’est pas restée les bras croisés. En Belgique, où la chaîne compte 130 magasins (dont la plupart en franchise), bon nombre de points de vente ont été réaménagés, alors que d’autres ont déménagé vers de meilleurs endroits.


En France le groupe s’est concentré sur l’expansion. Un choix logique, sachant que le marché y est quatre fois plus grand que dans notre pays. Tom&Co y est actif depuis 2011 et y compte 20 magasins.


« L’objectif est de devenir numéro un de la franchise en France dans notre secteur », explique Lionel Desclée à TrendsTendances. « D’ici la fin de cette année nous visons les 25 magasins. » Ces derniers mois la chaînes belge a repris quelques animaleries, mais mise avant tout sur une « croissance organique », comprenez des magasins en franchise flambant neufs.


Omni-canal

Selon le CEO de Tom&Co, le magasin physique reste indispensable. Mais, ajoute-t-il, « nos magasins ne peuvent plus se limiter à vendre des produits. Ils doivent devenir des lieux d’expérience et de découverte, avec un large assortiment de produits et d’animaux vivants. De plus, nos collaborateurs doivent être passionnés et très compétents. En Belgique bon nombre d’entre eux sont des assistants-vétérinaires, tandis qu’en France ils doivent avoir trois années de soins animaliers à leur actif. »


Ce qui ne signifie pas pour autant que Tom&Co néglige l’univers numérique. « Nous préparons une offre omni-canal. L’idée est de donner la possibilité aux clients d’acheter en ligne et de faire livrer leur commande à domicile ou de la retirer en magasin, mais tout aussi bien d’acheter en magasin pour ensuite se faire livrer à domicile. Toutes les options sont ouvertes. Ainsi nous pourrions élargir considérablement le nombre de nos références », poursuit Desclée.


Actuellement Tom&Co propose un assortiment de 7.000 à 8.000 produits. En 2016 l’enseigne a réalisé un chiffre d’affaires d’environ 200 millions d’euros.

 

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Gerelateerde items

Le supermarché indépendant n’entend pas rater le train de l’e-commerce

18/09/2017

Dans les conversations à propos du futur de la distribution alimentaire, le mot d’e-commerce conserve quelque chose de magique. Les exploitants indépendants ont-ils franchi le pas ? Si non, qu’attendent-ils ? 

Toys ‘R’ Us proche de la faillite

18/09/2017

Selon le journal d’affaires The Wall Street Journal, la chaîne de magasins de jouets Toys ‘R’ Us serait proche de la faillite.  La croissance des ventes online et les exigences plus strictes des fournisseurs en seraient les causes principales.

Filet Pur : Remue-ménage à l’abbatage

15/09/2017

Qui désire encore un morceau de tournedos ? Ou plutôt des carottes râpées ? Cette semaine encore le secteur de la viande n’a pas fait bonne figure et cela n’a pas échappé à RetailDetail Food, comme en témoigne ce résumé de l’actualité FMCG.

Croissance de plus de 10% pour Hermès

14/09/2017

Au cours du premier semestre de 2017 le chiffre d’affaires de la marque de luxe française Hermès a augmenté de 11%. L’Asie en particulier a fait un grand bond en avant. Le bénéficie est lui aussi en hausse de 11%.

L'action de réductions pour Shoptalk Europe touche à sa fin

14/09/2017

(publireportage) Shoptalk Europe, le salon dédié à l’innovation dans le retail, se tiendra du 8 au 11 octobre 2017 à Copenhague. Au programme les tendances, technologies et business models qui déterminent le shopping à l’ère de la disruption digitale.

« L’UE doit créer un cadre plus précis pour l’e-commerce »

13/09/2017

Selon la députée européenne Marietje Schaak, la Commission européenne devrait créer un cadre plus précis pour l’e-commerce, pour éviter que de grandes entreprises internet déterminent elles-mêmes les normes du commerce digital.

Back to top