Un fonds belge s’apprête à reprendre HEMA

Un fonds belge s’apprête à reprendre HEMA

Le holding belge Cory Equity serait proche d’une reprise de HEMA : il y aurait déjà un accord oral et les signatures pourraient suivre rapidement.

Enfin un candidat

Selon le journal néerlandais De Telegraaf, qui  se réfère à quatre sources du secteur du retailer et du monde financier,  les investisseurs bruxellois envisageraient de racheter l’enseigne phare néerlandaise à l’actuel propriétaire britannique Lion Capital. Ce dernier avait racheté HEMA à Maxeda en 2007 pour un montant de 1,1 milliard d’euros. Le mois dernier encore le prix demandé (qui se situerait aux alentours de 1,2 milliard d’euros) avait été jugé trop élevé par les parties intéressées.


Lion Capital cherche depuis longtemps à céder la chaîne néerlandaise, mais n’a jamais (jusqu’à présent ?) trouvé d’acheteur satisfaisant. Ces dernières années HEMA a procédé à une forte expansion internationale en vue d’augmenter le prix de vente. Ainsi fin 2017 la chaîne a lancé un projet visant l’ouverture 150 nouveaux magasins espagnols et 70 nouveaux points de vente allemands et début 2018 le groupe a entamé son expansion hors Europe en ouvrant un magasin à Dubaï.


Cette expansion a résulté en une forte croissance du chiffre d’affaires : durant le trimestre écoulé le chiffre d’affaires a progressé de 3,5% à 1,24 milliard d’euros. Toutefois l’an dernier la chaîne a essuyé une perte de 30,9 millions d’euros, dont la majeure partie était due, selon Hema, aux frais liés à la préparation de la vente : durant les deux derniers trimestres de 2017 par contre l’entreprise a enregistré un beau bénéfice.


L’acheteur est un phénomène belge

L’acheteur, Core Equity Holdings, est une jeune société d’investissement bruxelloise, qui l’an dernier est parvenue à lever un milliard d’euros. Selon Institutional Investor, il s’agit du  « plus grand leveur de fonds débutant de 2017 ». Le groupe a été fondé par quatre ex-collaborateurs du géant financier américain Bain Capital, qui a acquis des entreprises telles que Burger King, Domino's Pizza, Dunkin' Donuts, Toys R Us et Warner Music.


Selon le Financial Times, Core Equity est un cas particulier dans l’univers du private equity, qui généralement cède ses acquisitions endéans les cinq ans. Core Equity, par contre, souhaite garder ses entreprises au moins dix ans, car cela permet de « mieux gérer les entreprises à long terme ».