Anvers demeure la ville commerciale favorite des retailers

Anvers demeure la ville commerciale favorite des retailers
Shutterstock

Pour la première fois les retailers indiquent que leurs magasins les plus rentables se situent à Anvers et non plus à Bruxelles. C’est ce qui ressort du Retailer Survey annuel de la société immobilière CBRE.

Optimisme prudent

CBRE a interrogé 118 retailers actifs sur le marché belge. Les résultats témoignent d’un optimisme prudent. 74% des chaînes interrogées ont des projets d’expansion concrets en 2016, 62% croient au redressement de l’économie et 69% indiquent que les consommateurs dépensent à nouveau plus d’argent. Précisons toutefois que cette enquête date de fin 2015, avant le lockdown de Bruxelles et les actes terroristes qui ont suivi.


Interrogés sur leur ville commerciale favorite, 52% des retailers disent préférer Anvers. Bruxelles suit loin derrière avec 14%. Pour la première fois Anvers bat Bruxelles concernant la rentabilité des magasins, contrairement aux éditions précédentes du Retail Survey, où Bruxelles était invariablement considéré comme la ville commerciale la plus rentable.

 

La zone commerçante anversoise s’étend

« Anvers est un grand laboratoire. On y voit émerger, en premier, des nouvelles tendances et des nouveaux noms », confirme Denys De Kempe, Senior Director Retail chez CBRE. « Le taux d’inoccupation est très limité dans les grandes rues commerçantes. Je considère la fermeture de Forever 21 sur le Meir plutôt comme une opportunité qu’une menace. De plus la zone commerçante dans le centre d’Anvers est en train de s’étendre. Il y a quelques années par exemple la Everdijstraat n’était pas une rue commerçante, aujourd’hui elle l’est. Le Steenhouwersvest aussi a connu une sérieuse évolution. Le consommateur aime se lancer à la découverte de la ville. »


A Bruxelles l’image est mitigée. Evidemment la ville souffre des récents attentats et des problèmes de circulation suite au mauvais entretien des tunnels. Dans la ville basse, la zone piétonne constitue un défi. « La ville doit mieux communiquer », estime Sébastien Vander Steene, Senior Director. Pourtant les loyers y augmentent et le taux d’inoccupation y est restreint. La ville haute est le lieu de prédilection des grands flagship stores (pensez à Apple ou Marks & Spencer - et Primark devrait également s’y installer) et le nombre de passants y est également en hausse.