H&M répercute les retours sur les propriétaires de magasins

Au Royaume-Uni la chaîne de mode H&M négocie des loyers variables pour ses magasins en fonction du chiffre d’affaires réalisé. Une tactique qui n’enchante guère les propriétaires immobiliers, d’autant plus que le groupe suédois exige que les retours soient déduits du loyer.


Loyers variables

Au Royaume-Uni H&M est en négociation avec les propriétaires de magasins en vue de conclure des contrats de bail variables, permettant d’adapter le loyer en fonction du chiffre d’affaires réalisé par le magasin.


Les frais de service, le loyer et le chiffre de vente réalisé détermineraient également le prix, écrit le journal britannique The Times. H&M serait prêt à payer 15 à 20% de son chiffre d’affaires in-store au bailleur, indique le magazine Mds.

 

Déduction des retours

Les négociations s'avèrent complexes, car qu’entend-on par chiffre d’affaires in-store. H&M insiste pour que tous les retours en magasin – y compris les retours en magasin de commandes en ligne – soient déduits du chiffre d’affaires. Et c’est là que le bât blesse, car cela signifierait donc que les coûts (élevés) des retours du e-commerce seraient à charge des propriétaires de magasins …


D’ailleurs actuellement il n’est pas rare que les négociations concernant les nouveaux contrats soient laborieuses. A Roulers en Flandre occidentale C&A par exemple menace de fermer son magasin de 1.500 m² si le loyer ne baisse pas : un exemple parmi tant d’autres qui témoigne du bras de fer entre les enseignes des rues commerçantes et les propriétaires immobiliers.