Jusqu’à 50% de réduction sur les espaces commerciaux

Afin de combattre le taux d’inoccupation grandissant et la baisse du nombre de magasins, l’immobilier commercial est ‘soldé’. Les propriétaires offrent des réductions jusqu’à 50% sur les loyers.


Moins de magasins, baisse des loyers

Dans les rues commerçantes la donne a changé : le fossé entre les zones commerçantes très performantes et les zones plus faibles se creuse. Parallèlement le taux d’inoccupation augmente, tout comme – paradoxalement – la surface de vente totale. Dans les villes la croissance décline, tandis que les magasins en périphérie et les retail parks continuent de progresser.


Dans les villes de plus petite taille même le nombre de magasins de grandes chaînes est en baisse. A Hasselt leur nombre a reculé de 11% en cinq ans et à Turnhout de 8,8%, tandis qu’à Roulers et Bruges on observe une baisse de plus de 7%. Tout ceci a un impact sur les loyers, indique le journal De Tijd : les propriétaires immobiliers se voient contraints de faire des concessions, en particulier dans les petites villes et les zones moins bien situées. Dans certains cas les réductions accordées sur les loyers iraient jusqu’à 50%. Certes il s’agit là d’un exemple extrême, précise le journal, mais les réductions de 15% ne sont pas une exception.


Seuls les retail parks se maintiennent

L’an dernier « les loyers des meilleurs endroits dans les rues commerçantes exclusives » ont chuté d’en moyenne 7,5%, confirme Jones Lang LaSalle. En outre l’agent immobilier a constaté une baisse de 10% des loyers dans les centres commerciaux couverts. « Seuls les loyers exclusifs dans les retail parks sont restés stables », indique le groupe.


Conclusion : les magasins en périphérie et les retail parks échappent (pour l’instant) à la tendance négative. Historiquement les loyers y sont plus bas que dans les centres-villes et les shopping centers, mais ils restent stables. En outre ils sont moins touchés par l’inoccupation : chez Retail Estates, spécialiste des magasins en périphérie, 2% des unités commerciales sont inoccupées, contre 18% en moyenne dans les centres commerciaux.