La crise sanitaire pèse sur les loyers dans le retail

La crise sanitaire pèse sur les loyers dans le retail
Foto RetailDetail

Selon le courtier immobilier JLL, les loyers liés aux commerces ont chuté de 3 % à plus de 15 % à la suite de la crise sanitaire. Le nombre de transactions est également en baisse. Albert Heijn est le retailer qui s’étend le plus en Flandre.

 

Conséquences du confinement

Les retailers font face aux conséquences de la crise sanitaire : ils se concentrent sur leur rentabilité tout en investissant pour répondre à l’évolution des habitudes de consommation et des règles de sécurité. Mais certains d’entre eux prévoient toujours de nouvelles ouvertures et quelques nouvelles enseignes font leur arrivée sur le marché. Telles sont les conclusions du consultant immobilier JLL, qui fait le point sur l’immobilier commercial en Flandre après les trois premiers trimestres 2020.
 

La prise en occupation totale a atteint 131 200 m² en Flandre, en baisse de 13 % par rapport à la même période, l’an dernier. Au total, 238 transactions ont été enregistrées en Flandre jusqu’à présent : c’est 24 % de moins que la moyenne des 5 dernières années. Le marché s’est surtout asséché au deuxième trimestre en raison du confinement. Les retailers ont principalement loué en périphérie (64 % du volume des transactions) et dans les rues commerçantes (32 % du volume). Les locations dans les centres commerciaux ont en revanche baissé de 56 % par rapport à la même période l’an dernier.

 

L’alimentation supplante la mode

Autre tendance qui se confirme : l’alimentation représentait 20 % des transactions en Flandre, tandis que la part du secteur de la mode, fortement touché, a chuté à 17 %. De nouveaux concepts alimentaires sont à la mode : c’est non seulement le cas des fast-foods comme Bel Chicken, Burger King et KFC, mais aussi des concepts sains et innovants comme Hawaiian Poké Bowl, Fitchen et Foodmaker. Les supermarchés restent également très actifs : alors qu’ils ne représentaient que de 4 % du nombre de transactions il y a 5 ans, leur part à bondi à 14 % des transactions cette année. Avec 9 transactions, Albert Heijn est le détaillant le plus actif. Jumbo, Färm, diverses enseignes bio et des supermarchés de proximité sont également en expansion.
 

Parmi les transactions les plus notables de l’année, citons l’arrivée de Maisons du Monde sur le Meir à Anvers (2 100 m²) et l’ouverture de deux nouveaux établissements Overstock à Wilrijk et Schoten – le secteur de la décoration se porte bien en cette période de corona. La récente acquisition de 40 magasins de Brantano par vanHaren, pour un total de 37 500 m², constitue l’une des plus grandes transactions de location de ces dernières années.

 

Corrections de plus de 15 %

Mais que nous réserve l’avenir ? La demande reste inférieure à la moyenne et c’est donc l’incertitude qui prédomine pour la fin de l’année. Il est en tout cas clair que les loyers sont sous pression. Pour les emplacements de premier choix, le loyer moyen s’élève actuellement à 1 800 euros par m² et par an à Anvers, en baisse de 3 % par rapport à l’année dernière. JLL s’attend à une correction de plus de 15 % à certains endroits et ne prévoit pas de reprise avant 2021.
 

À court terme, les grands centres-villes sont particulièrement exposés : le tourisme, mais aussi le fun shopping des habitants de la région sont au point mort. Il ne s’agit cependant que d’un phénomène temporaire selon le spécialiste de l’immobilier.