Retail Estates ne compte pas aider « McDonald’s et co. »

Retail Estates ne compte pas aider « McDonald’s et co. »
Shutterstock

Depuis le début de la crise du coronavirus, 189 détaillants ont déjà demandé une suspension de loyer au propriétaire et gestionnaire de surfaces commerciales, Retail Estates. Mais les grandes entreprises telles que McDonald’s n'obtiendront rien du dirigeant Jan De Nys.

 

Jusqu’à six mois de loyer gratuit

La crise du coronavirus impacte toute entité liée de près ou de loin au commerce de détail, et les propriétaires de magasins, comme l’entreprise cotée en bourse Retail Estates, ne sont pas épargnés. La valeur marchande de la société, qui a récemment commencé à investir massivement sur le marché néerlandais, a diminué de moitié au cours de ces deux derniers mois. À l’heure actuelle, les détaillants locataires demandent en effet principalement des faveurs à l’investisseur immobilier : jusqu’à présent, 189 retailers ont déjà demandé une suspension de loyer en raison de la fermeture de leurs magasins.


Étonnant est de constater que les négociations ne concernent pas seulement deux mois de loyer, mais que les grandes multinationales exigent même jusqu’à six mois de loyer gratuit. Jan De Nys veut répondre à certaines demandes, mais impose aussi des conditions : si la société immobilière doit jouer le rôle d’une banque, « je dois pouvoir exercer les mêmes contrôles qu’un banquier », déclare-t-il dans une interview accordée à De Tijd.

 

« L’ancien propriétaire d’Hema ? Qu’on lui coupe la tête ! »

Certains détaillants - et parties intéressées - ne doivent pas compter sur une compréhension de la part du CEO de Real Estates. « Je ne vais pas subventionner les McDonald’s du monde entier », ajoute-t-il : « Ils ne recevront rien parce qu’ils sont tellement plus grands que ceux à qui ils demandent une faveur. » L’entrepreneur immobilier se montre également très dur avec l’ancien propriétaire d’Hema (Lion Capital), qui a laissé la chaîne avec une montagne de dettes, à cause de laquelle le retailer doit maintenant demander des réductions de loyer et de dettes : « Il mérite l’échafaud. » Jan De Nys s’inquiète pour l’avenir de la chaîne.


Selon lui, des accords concrets ne sont pas encore conclus : tant que l’on ne sait pas quand les magasins seront autorisés à rouvrir, cela ne sert à rien. En attendant, Retail Estates demande aux locataires d’émettre des prévisions et de préparer des plans de redémarrage : « Nous allons également faire preuve de plus de compréhension envers ceux qui élaborent des plans intéressants. Les détaillants, qui dès la réouverture attirent les clients avec des actions spéciales et des réductions, obtiendront plus de compréhension de notre part, que ceux qui se contenteront de rouvrir et d’attendre. »