Taux d’inoccupation des magasins supérieur à 10% pour la première fois

Taux d’inoccupation des magasins supérieur à 10% pour la première fois

En 2017 le nombre d’immeubles commerciaux inoccupés en Belgique a augmenté pour la dixième année consécutive. Avec 21.027 magasins vides, le taux d’inoccupation dans notre pays dépasse pour la première fois les 10%, selon Locatus.

La Flandre, la moins touchée

Avec un taux d’inoccupation de 11,6% la Wallonie est la plus touchée, suivie de Bruxelles (11%, soit 1,4% de plus qu’en 2016). La Flandre enregistre le taux d’inoccupation le plus bas avec 9,3%, ce qui reste néanmoins un pourcentage élevé. Au niveau provincial  seuls le Brabant flamand et wallon ont connu une légère baisse du taux d’inoccupation (-0,2%). Le Hainaut et le Luxembourg affichent la plus forte hausse, respectivement +1,2% et +1%. En Flandre, le taux d’inoccupation a le plus augmenté en Flandre orientale et occidentale (+0,6%).


« La tendance la plus inquiétante est observée lorsque l’on s’attarde aux différents types de zones commerciales », explique Gerard Zandbergen, CEO de Locatus. « Les centres commerciaux, les concentrations à grande échelle et les immeubles commerciaux solitaires n’ont un taux d’inoccupation ‘que ’ d’environ 6 à 7 %. En revanche, l’inoccupation dans les zones commerciales principales et les centres commerçants principaux atteint à présent des niveaux de 17 % et de 15 %. Cela signifie qu’environ un immeuble commercial sur six est vide dans ces secteurs. »


65% vides depuis plus d’un an

Une grande partie des immeubles commerciaux qui étaient vides le 1er janvier 2017 le sont toujours, 65% pour être précis. Seuls 9% ont retrouvé une destination en tant que commerce de détail, le reste a été démoli ou a reçu une autre destination (bureau, horeca ou services). « Une évolution positive est le fait que de nombreux immeubles vacants ont disparu du stock, plus de 3.000 d’entre eux (un changement est donc en train de s’opérer). Néanmoins, le taux d’inoccupation augmente. En partie parce que 1.218 nouveaux immeubles se sont ajoutés qui, alors qu’ils sont totalement achevés, restent vides », conclut Zandbergen.


Contrairement à la Belgique, aux Pays-Bas le taux d’inoccupation est en baisse pour la troisième année consécutive.