« Le retail traditionnel ne parviendra jamais à suivre la demande croissante en Afrique »

« Le retail traditionnel ne parviendra jamais à suivre la demande croissante en Afrique »

Jérémy Hodara, CEO d’Africa Internet Group, estime que seul le retail online parviendra à suivre la demande croissante venant du continent africain. Il y voit de nombreuses opportunités à saisir pour son entreprise, déjà active dans 26 pays africains.

Hautes ambitions

Africa Internet Group  a été fondé il y a un peu plus de quatre ans, grâce aux investissement de l’incubateur allemand Rocket Internet. L’an dernier le groupe a réalisé un chiffre d’affaires de 288 millions d’euros, soit une hausse de 200% par rapport à l’année auparavant. Et les ambitions du groupe ne s’arrêtent pas là.


Actuellement Africa Internet Group est déjà présent dans 26 pays africains au travers de différentes entreprises. Ainsi le groupe détient entre autres la place de marché Jumia, le numéro un du e-commerce au Nigeria, ainsi que le site web Kaymu qui référence de petites boutiques et sa propre entreprise logistique AIGx.


Problèmes d’infrastructure et de sécurité

D’après Hodara, l’Afrique recèle un énorme potentiel pour le retail online, alors que le retail physique par contre est confronté à de nombreux problèmes. Hodara cite l’exemple de Lagos, qui avec ses 20 millions d’habitants est la plus grande ville du Nigeria, mais ne dispose que de deux centres commerciaux. Certains retailers physiques envisagent de s’étendre, mais selon Hodara cela ne suffira pas à répondre à la hausse de la demande, en raison du manque d’infrastructure et de sécurité.


Vu le développement peu élevé du retail physique en Afrique, Hodara est convaincu que l’e-commerce pourrait représenter 30 à 40% du chiffre d’affaires total. A titre comparatif : aux Etats-Unis actuellement ce pourcentage est d’environ 20%.


La croissance est donc primordiale pour Africa Internet Group, qui pour l’instant n’est pas encore rentable, ce que Hodara impute aux lourds investissements consentis par le groupe : « Si nous arrêtions d’investir dans le marketing, nous perdrions de la croissance, mais nous pourrions gagner de l’argent. Toutefois nous pensons qu’une croissance rapide et la conquête de parts de marché ont de la valeur. Notre ambition n’est pas d’être le plus grand site d’e-commerce e en Afrique, mais le plus grand distributeur et nous mettons tout en œuvre pour y arriver », confie Hodara au site français LSA.