« Les conditions de travail chez Zalando laissent toujours à désirer »

« Les conditions de travail chez Zalando laissent toujours à désirer »

Lors d’interviews plusieurs (ex) employés de Zalando ont laissé entendre que les conditions de travail chez l’e-commerçant allemand restaient insatisfaisantes. Ils se plaignent notamment d’un taux de rotation élevé du personnel.

« Les personnel est déjà nettement plus satisfait », dixit Zalando

D’après des entretiens que le site web Duitslandnieuws a eu avec quelques (ex) employés de Zalando et avec des membres du syndicat allemand Ver.di, il semblerait qu’il est toujours question d’une charge de travail écrasante. Zalando s’était pourtant engagé à remédier à la situation, après avoir été vivement critiqué en 2012 suite à un reportage diffusé à la télévision allemande.


Outre la charge de travail excessive en vue d’atteindre des objectifs jugés inaccessibles par les travailleurs, ceux-ci évoquent également le manque d’encadrement, mettant mal à l’aise les nouveaux employés, qui pour cette raison décident très vite de quitter l’entreprise.


Le directeur des opérations David Schröder estime pour sa part que la situation s’est nettement améliorée depuis 2012 : « Nous avons immédiatement formulé et mis en place des standards sociaux. Nous constatons que cela a été efficace, car le personnel est nettement plus satisfait qu’il y a deux ans », explique-t-il à Duitslandnieuws.

 

Le syndicat évoque une autre version

Schröder admet néanmoins que le taux de rotation des employés reste trop élevé: la moyenne se situerait aux alentours de 10%, ce qui, selon lui, est déjà nettement moins qu’il y a deux ans. « Mais nous estimons que cela reste trop élevé. Finalement nous aussi, nous avons tout intérêt à disposer d’employés fixes. »


« Zalando s’efforce soi-disant de proposer davantage de contrats fixes, mais visiblement sans grand résultat. Lorsqu’on considère la multitude de  personnes engagées chaque semaine, il doit nécessairement y en avoir autant qui quittent l’entreprise volontairement ou non », déplore Stefan Najda du syndicat Ver.di.


Quant à la charge de travail, là aussi le point de vue des deux hommes diverge. Selon Zalando les objectifs à atteindre sont adaptés en fonction des possibilités de l’employé et si nécessaire celui-ci recevra une formation supplémentaire. « Quand cela ne va vraiment pas, nous sommes parfois contraints de nous séparer d’un employé. » Selon Najda,  tout l’argent chez Zalando est consacré au marketing et certains postes vacants le restent, d’où une charge de travail plus élevée pour les autres.

 

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Rakuten jette un pont vers l’e-acheteur japonais

30/10/2017

Dans l’ombre d’Alibaba et Amazon, le japonais Rakuten Ichiba connaît un développement prospère.  Différentes chaînes occidentales ont recours à la plate-forme en vue de commercialiser leurs produits auprès des e-acheteurs japonais.

Whole Foods booste le chiffre d’affaires d’Amazon

27/10/2017

Au troisième trimestre le géant américain du e-commerce Amazon a enregistré une forte croissance de son chiffre d’affaires, en partie grâce à Whole Foods, dont les ventes pour la première fois ont été reprises dans les résultats.

Coolblue lance une app belge

25/10/2017

Coolblue vient de lancer une app pour le marché belge, disponible en néerlandais et en français, mais pour l’instant uniquement sur iOS. Selon l’e-tailer hollandais, l’app est le moyen le plus rapide pour faire son shopping sur le webshop.

Plus de la moitié des foyers américains envoûtés par Amazon

21/10/2017

Sur une estimation de 126 millions de foyers aux EU, pas moins de 90 millions d’Américains sont membres d’Amazon Prime, le programme de fidélité d’Amazon.  Amazon domine donc le marché intérieur.  Quelles leçons l’Europe peut-elle en tirer ?

Le travail de nuit dans l’e-commerce autorisé à partir du 20h

20/10/2017

Le gouvernement va adapter l’accord conclu cet été concernant le travail de nuit dans l’e-commerce. Désormais le travail de nuit sera autorisé à partir de 20h moyennant l’accord d’un seul syndicat.

Lancement de Safe.Shop, premier label de confiance mondial du e-commerce

16/10/2017

L'Ecommerce Foundation vient de lancer Safe.Shop, le premier label de confiance international du secteur du e-commerce. Pour l’instant seuls douze pays sont affiliés, mais d’autres devraient s’y ajouter rapidement.

Back to top