Amazon Allemagne licencie 600 collaborateurs deux jours avant Noël

Amazon Allemagne licencie 600 collaborateurs deux jours avant Noël

Le conflit social s’intensifie chez la branche allemande du plus grand magasin internet au monde, Amazon. Deux jours avant Noël, Amazon a licencié 600 collaborateurs de son centre de distribution près de Berlin. Tout le monde a dû quitter au pied levé.

‘Far West en Allemagne’

Lundi, Amazon Allemagne a annoncé le licenciement de 600 collaborateurs du centre de distribution de Brieselang. Toutes les personnes concernées ont dû quitter sur-le-champ le bâtiment qui avait été inauguré au mois de novembre. L’immense colère des syndicats n’y pouvant rien changer.


« Amazon montre à nouveau son vrai visage. Les travailleurs qui, sous une immense pression au travail, avaient traité toutes les commandes de la période de fin d’année très chargée, ont appris deux jours avant Noël qu’ils devaient quitter l’entreprise », confirme le syndicat Ver.di.


« La compagnie internet américaine avait déjà refusé d’accorder une augmentation de salaire aux employés. Maintenant, elle tente de déployer la culture Far West en Allemagne. »


Grèves ailleurs en Allemagne

Cela gronde déjà depuis longtemps chez Amazon Allemagne. Depuis des mois, les syndicats luttent pour obtenir un autre – lisez : mieux payé – statut d’ouvrier pour les travailleurs, mais la direction ne veut rien entendre. Lundi, près de 650 collaborateurs d’Amazon ont fait grève, cette fois-ci au centre de distribution de Bad Hersfeld et de Leipzig.


Amazon Allemagne emploie 9.000 collaborateurs fixes et 14.000 collaborateurs temporaires. Après les Etats-Unis, l’Allemagne est le principal marché pour Amazon : le chiffre d’affaires s’élève à 8,7 milliards de dollars (près de 6,35 milliards d’euros) et la croissance y est de 24% sur base annuelle.


Le géant américain n’est clairement pas tendre.  Ces derniers mois, le groupe internet a annoncé des millions d’investissement en Pologne, le pays voisin. Officiellement, pour répondre à la demande en Europe de l’Est, mais les connaisseurs et les syndicats y voient surtout une manœuvre pour faire taire les syndicats allemands.

 

 

- Traduction: Laure Jacobs

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Rakuten jette un pont vers l’e-acheteur japonais

30/10/2017

Dans l’ombre d’Alibaba et Amazon, le japonais Rakuten Ichiba connaît un développement prospère.  Différentes chaînes occidentales ont recours à la plate-forme en vue de commercialiser leurs produits auprès des e-acheteurs japonais.

Whole Foods booste le chiffre d’affaires d’Amazon

27/10/2017

Au troisième trimestre le géant américain du e-commerce Amazon a enregistré une forte croissance de son chiffre d’affaires, en partie grâce à Whole Foods, dont les ventes pour la première fois ont été reprises dans les résultats.

Coolblue lance une app belge

25/10/2017

Coolblue vient de lancer une app pour le marché belge, disponible en néerlandais et en français, mais pour l’instant uniquement sur iOS. Selon l’e-tailer hollandais, l’app est le moyen le plus rapide pour faire son shopping sur le webshop.

Plus de la moitié des foyers américains envoûtés par Amazon

21/10/2017

Sur une estimation de 126 millions de foyers aux EU, pas moins de 90 millions d’Américains sont membres d’Amazon Prime, le programme de fidélité d’Amazon.  Amazon domine donc le marché intérieur.  Quelles leçons l’Europe peut-elle en tirer ?

Le travail de nuit dans l’e-commerce autorisé à partir du 20h

20/10/2017

Le gouvernement va adapter l’accord conclu cet été concernant le travail de nuit dans l’e-commerce. Désormais le travail de nuit sera autorisé à partir de 20h moyennant l’accord d’un seul syndicat.

Lancement de Safe.Shop, premier label de confiance mondial du e-commerce

16/10/2017

L'Ecommerce Foundation vient de lancer Safe.Shop, le premier label de confiance international du secteur du e-commerce. Pour l’instant seuls douze pays sont affiliés, mais d’autres devraient s’y ajouter rapidement.

Back to top