Amazon sabote les ventes de l’éditeur Hachette

Amazon sabote les ventes de l’éditeur Hachette

L’e-commerçant Amazon a décidé de ne plus vendre les livres de la maison d’édition Hachette. En cause : un conflit concernant les prix des livres numériques. Les auteurs s’insurgent contre cette mesure.

Amazon veut toucher davantage sur les ventes d’e-books

Hachette Books est un éditeur important sur la plate-forme d’Amazon aux USA et publie notamment les ouvrages de J.K. Rowling et Michael Connelly. Amazon a décidé (temporairement) de ne plus vendre les livres de l’éditeur, après un différend concernant le pourcentage touché par Amazon sur la vente des e-books. Amazon veut obliger Hachette à réduire ses marges sur les livres numériques,  mais pour l’instant l’éditeur ne cède pas.


Amazon rend délibérément plus difficile et plus long l’achat sur sa plate-forme de livres publiés par l’éditeur. Ainsi il est impossible de précommander des titres très attendus qui ne sont pas encore sortis et pour les livres déjà parus les délais de livraison sont nettement plus longs.


Colère des auteurs

« Nous mettons tout en œuvre pour remédier à cette situation difficile. Nous recherchons une solution qui serve au mieux nos auteurs et leurs œuvres et qui nous permette de survivre et de prospérer en tant que maison d’édition forte axée sur ses auteurs », explique Sophie Cottrell, porte-parole de Hachette, dans un communiqué de presse.


Différents auteurs se sont insurgés contre la décision d’Amazon. Ils se demandent en quoi de telles pratiques peuvent bénéficier aux clients d’Amazon et s’estiment lésés de ne plus pouvoir diffuser leurs ouvrages via la plate-forme de l’e-tailer. Le syndicat des auteurs américain, Authors Guild, soutient les auteurs mécontents et estime qu’Amazon abuse de sa position dominante et enfreint la loi.


Entre-temps les libraires indépendants tirent habilement profit de la situation en accordant des réductions sur les livres Hachette pour attirer les clients.


Un conflit similaire en Allemagne oppose Amazon à Bonnier. Là aussi il est difficile de se procurer les livres de l’éditeur en question sur le site d’Amazon. Le géant du commerce électronique a de quoi mettre la pression, car il détient 60% du marché des e-books, bien que ces derniers temps les résultats de l’entreprise soient décevants.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Lancement de Safe.Shop, premier label de confiance mondial du e-commerce

16/10/2017

L'Ecommerce Foundation vient de lancer Safe.Shop, le premier label de confiance international du secteur du e-commerce. Pour l’instant seuls douze pays sont affiliés, mais d’autres devraient s’y ajouter rapidement.

La plate-forme de mode About You débarque aux Pays-Bas et en Belgique

11/10/2017

Ce mardi le webshop de mode allemand About You a été officiellement lancé en Belgique et aux Pays-Bas. About You, le numéro deux du e-commerce de la mode en Europe, opérait déjà officieusement aux Pays-Bas.

Alibaba investit des milliards dans des magasins physiques

28/08/2017

Ces deux dernières années, l'e-commerçant chinois Alibaba a investi près de 7 milliards d’euros dans le retail physique.  Avec Hema Xiansheng, le groupe compte déjà 13 supermarchés en propre et a racheté le grand magasin de luxe Intime en janvier.

Alibaba dépasse les attentes

17/08/2017

Au premier trimestre de son exercice comptable le géant chinois du e-commerce Alibaba a dépassé les attentes des analystes : le chiffre d’affaires a progressé de plus de 55% et le bénéfice a doublé par rapport à l’année précédente.

Aldi se lance dans la livraison à domicile aux Etats-Unis

16/08/2017

Aux USA le discounter allemand Aldi, en collaboration avec la start-up américaine Instacart, va désormais livrer les commandes online à domicile endéans l'heure. Réaction d’Amazon : « Chez nous, vous pouvez retirer votre commande après deux minutes. »

L’essor du mobile dope les résultats de Yoox-Net-a-Porter

03/08/2017

Yoox-Net-a-Porter a réussi à dépasser les prévisions des analystes au cours du semestre écoulé, un résultat essentiellement dû à l’augmentation des ventes mobiles qui représentent pour la première fois plus de la moitié du chiffre d’affaires.

Back to top