Après la faillite, Neckermann.com Benelux annonce une nouvelle relance

Après la faillite, Neckermann.com Benelux annonce une nouvelle relance

(UPDATE) A peine un jour après avoir été déclaré en faillite le vépéciste Neckermann.com Benelux annonce une nouvelle relance. Le propriétaire Axivate Capital poursuivra les activités de Neckermann, mais sous forme très réduite.

Nombreuses pertes d’emplois

Pour rappel : en septembre 2012 la branche allemande de Neckermann.com avait déjà fait faillite, n’ayant pas survécu au passage de la vente par correspondance à la vente via internet. A l’époque 2400 emplois avait été supprimés.


La branche néerlandaise et belge n’étaient pas concernées par cette faillite : elles ont poursuivi leurs activités sous forme réduite sous le propriétaire Axivate, qui avait pour objectif d’orienter l’entreprise davantage vers le B2B.


Un an et demi après, ce plan de relance s’est soldé par un échec : le tribunal de Breda a déclaré hier la faillite de la branche néerlandaise et belge. Ces derniers mois les ventes avaient été très décevantes et les banques ont fini par couper la ligne de crédit.


Malgré la rumeur début juin d’une situation financière précaire, le directeur Andreas Ezinga affirmait pourtant qu’il n’était pas question de faillite, tout en avouant que les résultats souffraient de la concurrence  du marché online.


A présent nouveau rebondissement : un accord a été conclu concernant une nouvelle relance. Neckermann.com poursuivra ses activités mais sous forme très réduite. Seuls 15 emplois sur les 200 au total seront maintenus. Le département où Neckermann traite les commandes et le centre d’appels seront fermés et externalisés ; ces deux divisions étant trop désuètes, selon le directeur Andreas Ezinga.


Modèle Plaza

Pour l’avenir Neckermann pense mettre en place un modèle Plaza, où divers webshops vendent leurs produits via la plate-forme de Neckermann.com.  Le vépéciste va d’ores et déjà collaborer avec des fournisseurs externes, mais ceux-ci vendront encore sous le nom Neckermann. « Tous les produits bruns et blancs par exemple seront livrés par Scheer & Foppe, mais vous commanderez et achèterez néanmoins un produit Neckermann », précise Bas Rasker d’Axivate à Emerce.


Pour l’instant pas de grands changements pour les consommateurs :  ils pourront continuer à passer commande. « Le nom Neckermann est la raison pour laquelle nous persévérons : c’est une marque extrêmement forte qui devrait nous permettre d’atteindre le Top 5, mais cela prendra du temps. Une relance rapide est prioritaire, car nous ne voulons pas que les clients soient victimes de cette situation. C’est pourquoi en coulisses nous avons déjà mis au point un nouveau site web, qui sera lancé aujourd’hui », confie Rasker.


Par contre les clients ayant une commande en cours chez Neckermann.com devront s’adresser au curateur.

 

 

Tradcution : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Rakuten jette un pont vers l’e-acheteur japonais

30/10/2017

Dans l’ombre d’Alibaba et Amazon, le japonais Rakuten Ichiba connaît un développement prospère.  Différentes chaînes occidentales ont recours à la plate-forme en vue de commercialiser leurs produits auprès des e-acheteurs japonais.

Whole Foods booste le chiffre d’affaires d’Amazon

27/10/2017

Au troisième trimestre le géant américain du e-commerce Amazon a enregistré une forte croissance de son chiffre d’affaires, en partie grâce à Whole Foods, dont les ventes pour la première fois ont été reprises dans les résultats.

Coolblue lance une app belge

25/10/2017

Coolblue vient de lancer une app pour le marché belge, disponible en néerlandais et en français, mais pour l’instant uniquement sur iOS. Selon l’e-tailer hollandais, l’app est le moyen le plus rapide pour faire son shopping sur le webshop.

Plus de la moitié des foyers américains envoûtés par Amazon

21/10/2017

Sur une estimation de 126 millions de foyers aux EU, pas moins de 90 millions d’Américains sont membres d’Amazon Prime, le programme de fidélité d’Amazon.  Amazon domine donc le marché intérieur.  Quelles leçons l’Europe peut-elle en tirer ?

Le travail de nuit dans l’e-commerce autorisé à partir du 20h

20/10/2017

Le gouvernement va adapter l’accord conclu cet été concernant le travail de nuit dans l’e-commerce. Désormais le travail de nuit sera autorisé à partir de 20h moyennant l’accord d’un seul syndicat.

Lancement de Safe.Shop, premier label de confiance mondial du e-commerce

16/10/2017

L'Ecommerce Foundation vient de lancer Safe.Shop, le premier label de confiance international du secteur du e-commerce. Pour l’instant seuls douze pays sont affiliés, mais d’autres devraient s’y ajouter rapidement.

Back to top