Blokker lance sa plate-forme d’e-commerce Nextail

Blokker lance sa plate-forme d’e-commerce Nextail

Blokker Holding réunit toutes les activités e-commerce de ses différentes formules de magasins sous son nouveau centre de service Nextail, qui se chargera de l’ensemble du marketing et du développement online des chaînes de Blokker.

300 millions d’euros de chiffre d’affaires online d’ici 2017

Les webshops de Blokker, Leen Bakker, Bart Smit ou encore Xenos continueront d’exister, mais le développement des boutiques en ligne, ainsi que toutes les activités de ventes et de markting online seront centralisées dans le nouveau service Nextail. Les managers des formules online individuelles veilleront au positionnement online des différentes formules de magasins, à l’assortiment online et au lien avec le réseau de magasins physiques.


Ainsi Blokker entend accélérer le développement des activités omnichannel de ses chaînes de magasins, avec pour objectif de réaliser un chiffre d’affaires online de plus de 300 millions d’euros d’ici 2017. En 2013 Blokker Holding publiait un chiffre d’affaires online de 79 millions d’euros, soit une augmentation de 19% par rapport à l’année précédente.


Regroupement de l’expertise online

Nextail sera dirigé par l’actuel directeur omnichannel Antoine Brouwer, qui en mai 2014 est entré en fonction chez Blokker Holding. Auparavant Brouwer a travaillé notamment chez Media Markt/Saturn, T-Mobile et UPC.


Nextail démarre avec 70 collaborateurs, dont 50% sont des professionnels d’internet et du e-commerce, qui travaillaient déjà dans l’une des chaînes de Blokker et feront désormais partie du centre Nextail. L’autre moitié des collaborateurs a été recrutée en externe. « En réunissant l’ensemble des connaissances online au sein d’une seule organisation et en réalisant des économies d’échelle, le groupe espère optimaliser le retour sur investissement et réaliser la combinaison parfaite entre le retail online et offline », explique Blokker Holding dans un communiqué de presse.


Nextail s’installera dans un nouveau bâtiment à Amsterdam, qui ouvrira le 20 octobre. Le nom Nextail est une combinaison de ‘next step’ et retail/’longtail’ et exprime donc, selon le groupe, « l’innovation et l’idée que grâce à internet même les produits de niche seront accessibles à un très large groupe-cible. »

 

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


L’essor du mobile dope les résultats de Yoox-Net-a-Porter

03/08/2017

Yoox-Net-a-Porter a réussi à dépasser les prévisions des analystes au cours du semestre écoulé, un résultat essentiellement dû à l’augmentation des ventes mobiles qui représentent pour la première fois plus de la moitié du chiffre d’affaires.

Lidl construit un nouveau centre de distribution à Venlo

01/08/2017

Lidl va ouvrir un nouveau centre de distribution à Venlo, qui sera chargé de servir les clients du webshop. Il s’agirait d’un projet international, et non d’une initiative de Lidl Nederland.

Amazon installe des casiers de réception de colis chez le consommateur

31/07/2017

Amazon a présenté The Hub, un système de casiers de réception de colis qui peuvent être installés partout. Il existe des casiers de différents formats que l’on aménage indifféremment à l’intérieur ou l’extérieur du bâtiment. 

Chute du bénéfice d’Amazon

28/07/2017

Au deuxième trimestre le bénéfice du géant américain d’internet Amazon a fortement reculé, plus encore qu’attendu par les analystes. Par contre le chiffre d’affaires a progressé d’un quart.

Amazon : un problème qui ne cesse de croître pour les autres retailers

27/07/2017

Ceux qui ont cru qu’Amazon allait doucement cesser sa progression, n’ont qu’à se rhabiller : l’entreprise vaut plus de 500 milliards de dollars.  L’ « effet Amazon » entrave les autres retailers et investisseurs.  Comment doivent-ils réagir ?

Les nouvelles mesures en matière d’e-commerce sont « un coup dans l’eau », selon Comeos

26/07/2017

La fédération du commerce Comeos estime que la réforme proposée par le gouvernement en vue de faciliter le travail de nuit dans le secteur du e-commerce est « une mesure symbolique qui n’aura aucun impact ».

Back to top