Coup d’envoi de Jet.com, challenger d’Amazon, aux USA

Coup d’envoi de Jet.com, challenger d’Amazon, aux USA

La plate-forme de commerce en ligne Jet.com est disponible depuis aujourd’hui pour les clients américains. Le site a pour ambition de concurrencer Amazon et vise un chiffre d’affaires de 20 milliards de dollars (18 milliards d’euros) d’ici 2020.

Prix inférieurs et pertes importantes

Pour avoir accès à la plate-forme Jet.com le consommateur doit payer une adhésion annuelle de 50 dollars. En échange il bénéficiera de prix inférieurs à ceux pratiqués par Amazon. La semaine dernière, avant même le démarrage officielle, quelque 100.000 personnes s’étaient déjà inscrites pour une période d’essai. D’ici 2020 Jet.com espère atteindre le cap des 15 millions d’abonnés payants, ce qui générerait 750 millions de dollars (700 millions d’euros).


Le fondateur du site, Marc Lore, prévient que durant les premières années il perdrait de l’argent, en raison des prix inférieurs et des frais de marketing. Malgré tout  la start-up américaine est parvenue à récolter un capital de 225 millions de dollars (200 millions d’euros) pour le lancement et est déjà valorisée à 600 millions de dollars (550 millions d’euros). Actuellement des discussions sont en cours concernant d’autres investissements, ce qui permettrait à Jet.com d’être valorisé à 3 milliards de dollars (2,75 milliards d’euros).


Chiper des clients à Amazon

Vu son offre limitée, Jet.com pour l‘instant est obligé d’acheter certains produits auprès d’autres retailers, dont les prix sont souvent plus élevés que ceux appliqués sur le site, ce qui engendre de sérieuses pertes. Tous les produits que l’entreprise ne peut acheter par elle-même ou via des partenaires, sont achetés ailleurs par des employés de Jet.com, qui ensuite les revendent à  un prix inférieur aux membres. Ce ‘service de conciergerie’ constitue pour l’instant le principal poste déficitaire de Jet.com.


L’objectif de ce service onéreux est de chiper autant de clients que possible au concurrent Amazon. A terme les pertes sur ces produits devraient pouvoir être fortement réduites grâce à la collaboration avec davantage de partenaires. Jet.com collabore déjà avec quelques centaines de partenaires, mais l’entreprise espère en compter 2.000 au plus vite. Ainsi à l’avenir le service de conciergerie pourra être limité au minimum. En attendant les cotisations des clients constitueront les seuls revenus de l’entreprise. Toutefois ces revenus seront quasi nuls les six premiers mois, puisque les clients dans un premier temps bénéficient d’une période d’essai gratuite.

 

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Rakuten jette un pont vers l’e-acheteur japonais

30/10/2017

Dans l’ombre d’Alibaba et Amazon, le japonais Rakuten Ichiba connaît un développement prospère.  Différentes chaînes occidentales ont recours à la plate-forme en vue de commercialiser leurs produits auprès des e-acheteurs japonais.

Whole Foods booste le chiffre d’affaires d’Amazon

27/10/2017

Au troisième trimestre le géant américain du e-commerce Amazon a enregistré une forte croissance de son chiffre d’affaires, en partie grâce à Whole Foods, dont les ventes pour la première fois ont été reprises dans les résultats.

Coolblue lance une app belge

25/10/2017

Coolblue vient de lancer une app pour le marché belge, disponible en néerlandais et en français, mais pour l’instant uniquement sur iOS. Selon l’e-tailer hollandais, l’app est le moyen le plus rapide pour faire son shopping sur le webshop.

Plus de la moitié des foyers américains envoûtés par Amazon

21/10/2017

Sur une estimation de 126 millions de foyers aux EU, pas moins de 90 millions d’Américains sont membres d’Amazon Prime, le programme de fidélité d’Amazon.  Amazon domine donc le marché intérieur.  Quelles leçons l’Europe peut-elle en tirer ?

Le travail de nuit dans l’e-commerce autorisé à partir du 20h

20/10/2017

Le gouvernement va adapter l’accord conclu cet été concernant le travail de nuit dans l’e-commerce. Désormais le travail de nuit sera autorisé à partir de 20h moyennant l’accord d’un seul syndicat.

Lancement de Safe.Shop, premier label de confiance mondial du e-commerce

16/10/2017

L'Ecommerce Foundation vient de lancer Safe.Shop, le premier label de confiance international du secteur du e-commerce. Pour l’instant seuls douze pays sont affiliés, mais d’autres devraient s’y ajouter rapidement.

Back to top