Echec des négociations concernant l’e-commerce dans la logistique et le transport

Echec des négociations concernant l’e-commerce dans la logistique et le transport

Après l’échec des négociations concernant l’e-commerce dans le secteur de la distribution, les discussions pour le secteur de la logistique et du transport n’ont pas abouti non plus. Les employeurs se sont rétractés au dernier moment.

Pas deux statuts pour le même travail

La semaine dernière les négociations concernant l’e-commerce dans le secteur de la distribution avaient déjà échoué. A présent le même scénario s’est reproduit pour le secteur de la logistique et du transport. Les syndicats avaient pourtant consenti à inscrire certains assouplissements dans les CCT sectorielles existantes concernant la travail de nuit et durant le weekend, mais les employeurs se sont rétractés.


Il y a deux semaines un accord de principe avait pourtant été conclu. Celui-ci avait même été approuvé par le conseil d’administration de la Fédération d’employeurs pour le commerce international, le transport et la logistique, mais les membres ont voté contre : « Ils ne voient pas pourquoi un employé qui prépare un colis commandé via un webshop devrait recevoir un autre statut avec d’autres conditions de travail et de salaire qu’un collègue qui un peu loin prépare des colis destinés à être expédiés à des entreprises », commente le secrétaire-général Didier Lobelle dans le journal De Tijd.


A la grande déception des syndicats. « Apparemment pour les employeurs du secteur ce n’était jamais assez. Ils comptent sans doute sur le gouvernement. Pourtant les CCT existantes offrent suffisamment de possibilités pour développer les activités e-commerce, aussi durant le weekend et la nuit. Une entreprise comme Nike vient d’en fournir la preuve aujourd’hui : 539 jobs supplémentaires y seront créés, grâce à une nouvelle convention collective de travail, qui permet le développement des activités e-commerce. Voilà la preuve vivante que l’e-commerce est possible dans le secteur de la logistique. »


Retour vers Kris Peeters

A présent la balle est à nouveau dans le camp du ministre Kris Peeters (CD&V). Le ministre avait affirmé que de nouvelles règles en matière de travail de nuit dans l’e-commerce seraient introduites d’ici le 1er janvier 2016, vu qu’en Belgique une grande partie des revenus part vers l’étranger parce que les webshops belges ne sont pas en mesure de faire face à la concurrence étrangère.


« Nous comptons sur le ministre du Travail et sur le gouvernement pour qu’ils n’enfreignent pas les CCT existantes dans le secteur », soulignent les syndicats. Pour l’instant les employeurs restent dans l’expectative.

 

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Amazon Echo est également disponible au Benelux

11/12/2017

Amazon a annoncé que 28 nouveaux pays, dont la Belgique et les Pays-Bas, pourront désormais se faire livrer le haut-parleur intelligent Amazon Echo.   Le lancement de son propre service de streaming musical est également prévu dans ces pays.

Les fabricants de luxe peuvent interdire à leurs distributeurs de vendre sur Amazon

07/12/2017

Les marques de luxe ont le droit d’interdire à leurs distributeurs agréés de revendre leurs produits sur des plates-formes tierces, comme Amazon. C’est ce qu’a décidé la Cour de justice de l’UE suite à un procès intenté par Coty.

Coolblue ouvre un nouveau siège principal belge

01/12/2017

La rumeur qui circulait depuis un certain temps déjà a été confirmée officiellement : l’e-tailer néerlandais Coolbue ouvre un nouveau siège principal belge à Berchem (Anvers) dans le nouveau complexe de bureaux Post X.

Forte montée du mobile lors du Black Friday et Cyber Monday aux Etats-Unis

29/11/2017

Durant le weekend de Thanksgiving, comprenant le Black Friday et le Cyber Monday, les ventes par voie mobile ont connu une forte montée aux Etats-Unis. Néanmoins la part des ventes mobiles sur l’ensemble du chiffre d’affaires online reste limitée.

Alibaba dévoile son magasin high-tech du futur

24/11/2017

Les supermarchés entièrement automatisés d’Amazon Go n’ont pas encore ouvert leurs portes  qu’Alibaba riposte déjà : le géant chinois du e-commerce présente Tmall Supermart, un supermarché débordant de gadgets technologiques.

Rakuten jette un pont vers l’e-acheteur japonais

30/10/2017

Dans l’ombre d’Alibaba et Amazon, le japonais Rakuten Ichiba connaît un développement prospère.  Différentes chaînes occidentales ont recours à la plate-forme en vue de commercialiser leurs produits auprès des e-acheteurs japonais.

Back to top