En 2014 l’e-commerce belge dépassera les 2 milliards d’euros

En 2014 l’e-commerce belge dépassera les 2 milliards d’euros

L’e-commerce belge rattrape son retard par rapport aux pays voisins. En 2013 le chiffre d’affaires a augmenté d’un quart pour atteindre 1,91 milliard d’euros. Et l’année 2014 s’annonce encore plus prometteuse, affirme la fédération BeCommerce.

Optimisme après une année record

2013 fut une année record pour l’e-commerce belge :  les ventes online ont généré un chiffre d’affaires de 1,91 milliard d’euros, soit une croissance de 25,66%  par rapport à 2012. Et selon BeCommerce, l’association belge des commerçants en ligne, l’année 2014 promet d’être encore meilleure, avec 2 milliards d’euros. Pour les e-tailers belges l’heure est à l’optimisme, comme en témoigne l’enquête réalisée par BeCommerce auprès de 600 chefs d’entreprise (pure players et entreprises omni-channel).


La plupart des répondants (91%) prévoient une forte croissance des ventes online en 2014. Alors qu’en  2013, 6 ventes sur 10 ont été effectuées en Belgique (59%),  les e-commerçants estiment  qu’en 2014 une part plus importante de leurs ventes proviendra d’autres pays européens. Environ 6 e-tailers sur 10 (56%) pensent que d’ici deux ans l’internet sera le principal canal de commande, alors qu’en 2012 ils n’étaient que 2 sur 10 (21%) de cet avis.


Les e-commerçants se montrent également très favorables aux réseaux sociaux : 47% d’entre eux considèrent que Facebook influencera de plus en plus le comportement d’achat des consommateurs. « L’adoption d’une stratégie ‘réseaux sociaux’, comme Facebook, Twitter, Pinterest et autres, joue un rôle essentiel dans la vente en ligne », affirme Carine Moitier, administrateur délégué de BeCommerce. « L’interaction entre les fans et les clients autour d’une marque influence leur expérience et leur satisfaction et se mesure en termes de conversation et de transactions. »


9 webshops sur 10 cherchent du personnel

Cet optimisme a également son influence sur l’emploi dans le secteur. Un e-commerçant sur trois compte déjà 11 à 20 collaborateurs. Près de 9 sur 10 webshps (87%) ont l’intention de recruter de nouveaux employés cette année. Ils recherchent avant tout des spécialistes en e-marketing, des informaticiens et des collaborateurs pour le service clientèle. Pour rappel : le secteur de l’e-commerce belge compte en moyenne un nouveau webshop par jour.  


« L’ e-commerce ouvre la porte à de tout nouveaux types de profils. Nous voyons d’ ailleurs qu’il y a de plus en plus d’universités qui proposent des formations de bachelier en e-business avec comme débouchés des métiers tels que web-manager, community manager, responsable des ventes en ligne, concepteur de campagne d’ e-marketing, mais aussi créateur d’entreprise d’e-commerce », souligne Patricia Ceysens, présidente de BeCommerce.


La plupart des commerces en ligne opèrent de manière indépendante : en 2013 66% des webshops ne dépendaient ni d’une maison mère en Belgique, ni à l’étranger, contre 27% en 2007. La majorité du personnel e-commerce (78%) est actif en Belgique.


Plus d’un webshop sur deux actif dans le m-commerce

2013 aura également été l’année de la percée du m-commerce : pas moins de 55% des webshops permettent des achats via smartphones et tablettes, soit quatre fois plus qu’en 2011.


Ils possèdent tous un site web mobile, mais la moitié d’entre eux seulement disposent également d’une application mobile. Le système d’exploitation préféré pour les applications mobiles reste iOS (66%), mais Android (60%) et Windows (33%) pour la première représentent une sérieuse menace pour leader.


Quant aux e-tailers qui ne se sont pas encore lancés dans le commerce mobile, 37% d’entre eux disent vouloir le faire avant la fin de l’année.


Trois quarts des webshops (75%) se disent satisfaits des résultats du m-commerce, contre 57% en 2011. A noter que la plupart des répondants considèrent le m-commerce comme une manière d’offrir un meilleur service à leur clientèle, plutôt qu’un moyen d’augmenter leurs ventes. Ce qui n’empêche que l’an dernier le nombre de webshops, qui  réalisent 10% de leur chiffre d’affaires via les ventes mobiles, a doublé.


Le montant d’achat moyen dépasse les 100 euros

L’enquête de BeCommerce révèle également qu’en 2013,  pour 6 commandes sur 10 le montant moyen par commande dépassait les 100 euros, voire même 500 euros pour 12% des commandes. Preuve que le Belge a surmonté sa réticence face au commerce électronique.


Les produits les prisés sont les vêtements (35%), la décoration intérieure (30%), le hardware et le software (24%), les jouets (23%) et les appareils de cuisine (20%). Les e-acheteurs paient en général avec une carte Visa, une MasterCard ou une carte de banque classique et se font livrer leur commande de préférence via bpost (59%), même si les points d’enlèvement tels que Kiala (39%) et Mondial Relay (14%) ont gagné du terrain ces deux dernières années.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Rakuten jette un pont vers l’e-acheteur japonais

30/10/2017

Dans l’ombre d’Alibaba et Amazon, le japonais Rakuten Ichiba connaît un développement prospère.  Différentes chaînes occidentales ont recours à la plate-forme en vue de commercialiser leurs produits auprès des e-acheteurs japonais.

Whole Foods booste le chiffre d’affaires d’Amazon

27/10/2017

Au troisième trimestre le géant américain du e-commerce Amazon a enregistré une forte croissance de son chiffre d’affaires, en partie grâce à Whole Foods, dont les ventes pour la première fois ont été reprises dans les résultats.

Coolblue lance une app belge

25/10/2017

Coolblue vient de lancer une app pour le marché belge, disponible en néerlandais et en français, mais pour l’instant uniquement sur iOS. Selon l’e-tailer hollandais, l’app est le moyen le plus rapide pour faire son shopping sur le webshop.

Plus de la moitié des foyers américains envoûtés par Amazon

21/10/2017

Sur une estimation de 126 millions de foyers aux EU, pas moins de 90 millions d’Américains sont membres d’Amazon Prime, le programme de fidélité d’Amazon.  Amazon domine donc le marché intérieur.  Quelles leçons l’Europe peut-elle en tirer ?

Le travail de nuit dans l’e-commerce autorisé à partir du 20h

20/10/2017

Le gouvernement va adapter l’accord conclu cet été concernant le travail de nuit dans l’e-commerce. Désormais le travail de nuit sera autorisé à partir de 20h moyennant l’accord d’un seul syndicat.

Lancement de Safe.Shop, premier label de confiance mondial du e-commerce

16/10/2017

L'Ecommerce Foundation vient de lancer Safe.Shop, le premier label de confiance international du secteur du e-commerce. Pour l’instant seuls douze pays sont affiliés, mais d’autres devraient s’y ajouter rapidement.

Back to top