En 2014 le m-commerce en Belgique atteindra 213 millions d’euros

En 2014 le m-commerce en Belgique atteindra 213 millions d’euros

En 2014 le commerce mobile en Belgique, c.-à-d. les ventes réalisées via smartphones et tablettes, représentera 9,7% de l’ensemble du e-commerce de notre pays, indique l’étude annuelle de BeCommerce, l’association belge des commerçants en ligne.

55% des webshops disposent d’un site ‘mobile’

BeCommerce estime qu’en 2014 l’e-commerce en Belgique générera un chiffre d’affaires total de 2,2 milliards d’euros, dont 213 millions d’euros, soit 9,7%, proviendront des ventes via smartphones et tablettes. Sachant que le m-commerce aux USA représente 18% de l’ensemble des ventes en ligne, notre pays a donc encore de quoi progresser.

 

L'étude indique également que 55% des sites marchands dans notre pays proposent leurs produits et services via des appareils mobiles. Un pourcentage qui a quasi quadruplé par rapport à 2011 (15%). En contrepartie cela signifie donc que 45% des e-commerçants « sont réticents à l’idée de se lancer dans le commerce mobile », déplore la présidente de BeCommerce Patricia Ceyssens.


Pourtant trois quarts des commerçants actifs dans le commerce mobile disent être satisfaits des résultats. Un taux de satisfaction en nette hausse (+18%) par rapport à 2011. Et même si le plupart des commerçants considèrent avant tout le m-commerce comme un moyen d’offrir un meilleur service à leurs clients, plutôt qu’un moyen de vendre davantage, il n’en reste pas moins qu’en 2013 le nombre de webshops dont au moins 10% du chiffre d’affaires provient du commerce mobile a doublé par rapport à l’année auparavant.


Davantage de ‘sites adaptatifs’ que ‘d’apps’

Plus de la moitié des e-tailers belges disposent d’un ‘site web mobile adaptatif’ (responsive design), qui s’adapte à la petite taille des écrans des tablettes et des smartphones et permet ainsi une meilleure accessibilité des boutons.

 

La moitié d’entre eux proposent également des applications mobiles. Pour le consommateur ces applications facilitent la navigation sur leur smartphone et simplifient la consultation du catalogue et la réalisation de l’achat. Les principaux systèmes d’exploitation pour les applications mobiles sont iOS (66%), Android (60%, une hausse de 22% par rapport à 2012) et Windows (33%).


« Si l’application mobile est très attrayante pour les e-commerçants belges, ils préfèrent néanmoins  privilégier le lancement d’un site mobile adaptatif, car les applications sont chères  en développement et nécessitent des connaissances techniques très spécifiques. Nous retrouvons le même scénario dans les autres pays et notamment aux États-Unis » indique Becommerce.

 

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Rakuten jette un pont vers l’e-acheteur japonais

30/10/2017

Dans l’ombre d’Alibaba et Amazon, le japonais Rakuten Ichiba connaît un développement prospère.  Différentes chaînes occidentales ont recours à la plate-forme en vue de commercialiser leurs produits auprès des e-acheteurs japonais.

Whole Foods booste le chiffre d’affaires d’Amazon

27/10/2017

Au troisième trimestre le géant américain du e-commerce Amazon a enregistré une forte croissance de son chiffre d’affaires, en partie grâce à Whole Foods, dont les ventes pour la première fois ont été reprises dans les résultats.

Coolblue lance une app belge

25/10/2017

Coolblue vient de lancer une app pour le marché belge, disponible en néerlandais et en français, mais pour l’instant uniquement sur iOS. Selon l’e-tailer hollandais, l’app est le moyen le plus rapide pour faire son shopping sur le webshop.

Plus de la moitié des foyers américains envoûtés par Amazon

21/10/2017

Sur une estimation de 126 millions de foyers aux EU, pas moins de 90 millions d’Américains sont membres d’Amazon Prime, le programme de fidélité d’Amazon.  Amazon domine donc le marché intérieur.  Quelles leçons l’Europe peut-elle en tirer ?

Le travail de nuit dans l’e-commerce autorisé à partir du 20h

20/10/2017

Le gouvernement va adapter l’accord conclu cet été concernant le travail de nuit dans l’e-commerce. Désormais le travail de nuit sera autorisé à partir de 20h moyennant l’accord d’un seul syndicat.

Lancement de Safe.Shop, premier label de confiance mondial du e-commerce

16/10/2017

L'Ecommerce Foundation vient de lancer Safe.Shop, le premier label de confiance international du secteur du e-commerce. Pour l’instant seuls douze pays sont affiliés, mais d’autres devraient s’y ajouter rapidement.

Back to top