En 2014 le m-commerce en Belgique atteindra 213 millions d’euros

En 2014 le m-commerce en Belgique atteindra 213 millions d’euros

En 2014 le commerce mobile en Belgique, c.-à-d. les ventes réalisées via smartphones et tablettes, représentera 9,7% de l’ensemble du e-commerce de notre pays, indique l’étude annuelle de BeCommerce, l’association belge des commerçants en ligne.

55% des webshops disposent d’un site ‘mobile’

BeCommerce estime qu’en 2014 l’e-commerce en Belgique générera un chiffre d’affaires total de 2,2 milliards d’euros, dont 213 millions d’euros, soit 9,7%, proviendront des ventes via smartphones et tablettes. Sachant que le m-commerce aux USA représente 18% de l’ensemble des ventes en ligne, notre pays a donc encore de quoi progresser.

 

L'étude indique également que 55% des sites marchands dans notre pays proposent leurs produits et services via des appareils mobiles. Un pourcentage qui a quasi quadruplé par rapport à 2011 (15%). En contrepartie cela signifie donc que 45% des e-commerçants « sont réticents à l’idée de se lancer dans le commerce mobile », déplore la présidente de BeCommerce Patricia Ceyssens.


Pourtant trois quarts des commerçants actifs dans le commerce mobile disent être satisfaits des résultats. Un taux de satisfaction en nette hausse (+18%) par rapport à 2011. Et même si le plupart des commerçants considèrent avant tout le m-commerce comme un moyen d’offrir un meilleur service à leurs clients, plutôt qu’un moyen de vendre davantage, il n’en reste pas moins qu’en 2013 le nombre de webshops dont au moins 10% du chiffre d’affaires provient du commerce mobile a doublé par rapport à l’année auparavant.


Davantage de ‘sites adaptatifs’ que ‘d’apps’

Plus de la moitié des e-tailers belges disposent d’un ‘site web mobile adaptatif’ (responsive design), qui s’adapte à la petite taille des écrans des tablettes et des smartphones et permet ainsi une meilleure accessibilité des boutons.

 

La moitié d’entre eux proposent également des applications mobiles. Pour le consommateur ces applications facilitent la navigation sur leur smartphone et simplifient la consultation du catalogue et la réalisation de l’achat. Les principaux systèmes d’exploitation pour les applications mobiles sont iOS (66%), Android (60%, une hausse de 22% par rapport à 2012) et Windows (33%).


« Si l’application mobile est très attrayante pour les e-commerçants belges, ils préfèrent néanmoins  privilégier le lancement d’un site mobile adaptatif, car les applications sont chères  en développement et nécessitent des connaissances techniques très spécifiques. Nous retrouvons le même scénario dans les autres pays et notamment aux États-Unis » indique Becommerce.

 

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


L’essor du mobile dope les résultats de Yoox-Net-a-Porter

03/08/2017

Yoox-Net-a-Porter a réussi à dépasser les prévisions des analystes au cours du semestre écoulé, un résultat essentiellement dû à l’augmentation des ventes mobiles qui représentent pour la première fois plus de la moitié du chiffre d’affaires.

Lidl construit un nouveau centre de distribution à Venlo

01/08/2017

Lidl va ouvrir un nouveau centre de distribution à Venlo, qui sera chargé de servir les clients du webshop. Il s’agirait d’un projet international, et non d’une initiative de Lidl Nederland.

Amazon installe des casiers de réception de colis chez le consommateur

31/07/2017

Amazon a présenté The Hub, un système de casiers de réception de colis qui peuvent être installés partout. Il existe des casiers de différents formats que l’on aménage indifféremment à l’intérieur ou l’extérieur du bâtiment. 

Chute du bénéfice d’Amazon

28/07/2017

Au deuxième trimestre le bénéfice du géant américain d’internet Amazon a fortement reculé, plus encore qu’attendu par les analystes. Par contre le chiffre d’affaires a progressé d’un quart.

Amazon : un problème qui ne cesse de croître pour les autres retailers

27/07/2017

Ceux qui ont cru qu’Amazon allait doucement cesser sa progression, n’ont qu’à se rhabiller : l’entreprise vaut plus de 500 milliards de dollars.  L’ « effet Amazon » entrave les autres retailers et investisseurs.  Comment doivent-ils réagir ?

Les nouvelles mesures en matière d’e-commerce sont « un coup dans l’eau », selon Comeos

26/07/2017

La fédération du commerce Comeos estime que la réforme proposée par le gouvernement en vue de faciliter le travail de nuit dans le secteur du e-commerce est « une mesure symbolique qui n’aura aucun impact ».

Back to top