En 2015 Coolblue franchira le cap des 500 millions d’euros de CA

En 2015 Coolblue franchira le cap des 500 millions d’euros de CA

Cette semaine l’e-tailer Coolblue a dépassé le CA de 360 millions d’euros réalisé sur l’ensemble de l’année 2014. « Fin 2015 nous atteindrons les 500 millions d’euros et d’ici 2018 nous dépasserons le milliard d’euros », affirme le CEO Pieter Zwart.

1 milliard d’euros d’ici 2018

L’objectif du milliard d’euros d’ici 2018 n’est-il pas trop ambitieux ? « Je ne crois pas. Le passage du consommateur du magasin physique au webshop pour les ‘produits à prises’ n’en est qu’à ses débuts. Cela signifie donc que le gros de la croissance est encore à venir », explique Zwart.

 

« Cet objectif du milliard d’euros nécessitera une croissance annuelle moyenne de 26%, ce qui n’est pas excessif. Je ne pense pas que nous ayons jamais eu une croissance aussi faible. Pour cette année nous atteignons déjà une croissance de 44% », précise-t-il.

 

C’est aux Pays-Bas et en Belgique – où Coolblue est le plus grand vendeur en ligne de matériel électrique – que Zwart compte réaliser cette croissance : « Pour l’instant nous n’avons pas l’intention de nous introduire sur un autre marché. Le jour où notre croissance faiblira, nous le ferons très probablement, mais ce n’est pas évident. Ajouter une nouvelle langue, ce n’est pas simplement traduire un site web. Il y a des tas de choses à changer. Songez par exemple à l’ajout de modes d’emploi dans d’autres langues. »

 

30 millions d’euros d’investissements par an

Afin d’assurer la future croissance, Coolblue entend investir 30 millions d’euros par an. D’autre part l’entreprise va augmenter ses effectifs : « Actuellement nous employons 1.250 personnes. L’an dernier nous en avons embauché 500, mais nous avions reçu 35.000 candidatures. Les développeurs de logiciels sont les plus difficiles à trouver : nous les recrutons dans toute l’Europe. »

 

Pieter Zwart a fait part de ses projets lors d’une visite de la presse à son nouveau centre de distribution à Tilburg. « Nous l’appelons ‘la grande grange’, car c’est d’ici que partent tous les grands colis. L’expédition des petits colis se fait depuis ‘la petite grange’ à Capelle aan den IJssel. »

 

Le nouvel entrepôt est opérationnel depuis le mois de juin dernier : 18.500 variétés de produits y sont stockés sur 22.000 m². « La satisfaction du client étant l’une de nos priorités, nous ne vendons en ligne que ce que nous avons en stock, car le client exige une livraison rapide. Toute commande passée avant minuit, sera livrée dès le lendemain sans aucun frais. Lorsque le client commande avant 15h, il peut opter pour une livraison le jour-même. Et nous livrons même le dimanche. »

 

« Nous avons sciemment opter pour Tilburg, qui géographiquement se trouve au centre de notre zone de chalandise », explique Zwart. Un entrepôt supplémentaire en Belgique n’est pas une nécessité, selon lui. Quant à savoir quelle part Coolblue.be représente dans le chiffre d’affaires global, Zwart ne donne pas de chiffre précis, mais indique toutefois qu’il agit de « plusieurs dizaines de pourcents ».

 

Récemment Coolblue a effectué un test dans son nouvel entrepôt : « Nous avons essayé de traiter un maximum de colis en une demi-heure. Cela nous a permis de détecter nos points faibles et de déterminer ce à quoi nous devions accorder une attention particulière, afin de pouvoir faire face à la période de pointe de Noël. Souvent il s’agissait de petits détails, comme par exemple un manque de chariots dans la zone où les colis sont scellés. »

 

Les magasins physiques stimulent le chiffre d’affaires online

Outre les quelque 325 webshops spécialisés que propose Coolblue, l’entreprise détient également sept magasins physiques : cinq aux Pays-Bas et deux en Belgique. « Ils s’inscrivent parfaitement dans notre stratégie, car ils contribuent à la satisfaction du client. Lorsqu’un consommateur achète un produit complexe, il veut être certain de faire le bon choix. »

 

« De plus, après achat le consommateur peut se rendre dans le point de vente physique s’il a besoin d’informations supplémentaires concernant l’utilisation d’un appareil. Nous constatons d’ailleurs que le chiffre d’affaires du webshop augmente dans les régions où nous ouvrons un magasin physique. » Dès lors Coolblue envisage l’ouverture d’autres magasins : il y a deux ans l’entreprise disait rechercher des endroits appropriés à Louvain et Hasselt.

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Amazon Echo est également disponible au Benelux

11/12/2017

Amazon a annoncé que 28 nouveaux pays, dont la Belgique et les Pays-Bas, pourront désormais se faire livrer le haut-parleur intelligent Amazon Echo.   Le lancement de son propre service de streaming musical est également prévu dans ces pays.

Les fabricants de luxe peuvent interdire à leurs distributeurs de vendre sur Amazon

07/12/2017

Les marques de luxe ont le droit d’interdire à leurs distributeurs agréés de revendre leurs produits sur des plates-formes tierces, comme Amazon. C’est ce qu’a décidé la Cour de justice de l’UE suite à un procès intenté par Coty.

Coolblue ouvre un nouveau siège principal belge

01/12/2017

La rumeur qui circulait depuis un certain temps déjà a été confirmée officiellement : l’e-tailer néerlandais Coolbue ouvre un nouveau siège principal belge à Berchem (Anvers) dans le nouveau complexe de bureaux Post X.

Forte montée du mobile lors du Black Friday et Cyber Monday aux Etats-Unis

29/11/2017

Durant le weekend de Thanksgiving, comprenant le Black Friday et le Cyber Monday, les ventes par voie mobile ont connu une forte montée aux Etats-Unis. Néanmoins la part des ventes mobiles sur l’ensemble du chiffre d’affaires online reste limitée.

Alibaba dévoile son magasin high-tech du futur

24/11/2017

Les supermarchés entièrement automatisés d’Amazon Go n’ont pas encore ouvert leurs portes  qu’Alibaba riposte déjà : le géant chinois du e-commerce présente Tmall Supermart, un supermarché débordant de gadgets technologiques.

Rakuten jette un pont vers l’e-acheteur japonais

30/10/2017

Dans l’ombre d’Alibaba et Amazon, le japonais Rakuten Ichiba connaît un développement prospère.  Différentes chaînes occidentales ont recours à la plate-forme en vue de commercialiser leurs produits auprès des e-acheteurs japonais.

Back to top