Instacart fait les courses dans divers magasins à la place du consommateur | RetailDetail

Instacart fait les courses dans divers magasins à la place du consommateur

Instacart fait les courses dans divers magasins à la place du consommateur

Vous souhaitez endéans les deux heures une livraison à domicile de produits provenant à la fois de chez Carrefour, Colruyt et Delhaize et ce dans un seul colis ? Aux États-Unis c’est chose possible grâce à Instacart, qui à San Francisco fait les courses à la place du consommateur dans divers supermarchés locaux. A présent l’entreprise souhaite déployer ce service dans dix autres villes américaines.

Les ‘personal shoppers’

Instacart  opère via crowdsourcing : quiconque possède une voiture et un smartphone peut se présenter pour faire les courses dans divers magasins pour des clients qui transmettent online leur commandes et leurs magasins de prédilection. Quelque 150 ‘personal shoppers’ ont déjà été recrutés de cette façon.


Le prix de la livraison dépend du montant total des achats et du délai requis, mais la plupart des clients optent pour une livraison endéans les deux heures pour un montant d’achat de plus de 35 dollars. Le prix de ce type de livraison s’élève à 3,99 dollars, soit 3 euros.


Instacart va donc plus loin que les distributeurs classiques, qui proposent une livraison à domicile, mais uniquement de leurs propres produits. L’entreprise californienne souhaite ainsi faciliter la vie de ce groupe de consommateurs de plus en plus important, qui n’est  pas fidèle à une seule enseigne, mais qui recherche pour chaque article le point de vente le meilleur marché.


Augmentation du capital pour une expansion nationale

Afin de déployer le système de la côte Est à la côte Ouest, Instacart a levé récemment 8,5 millions de dollars de capital frais. Le fonds d’investissement Sequoia Capital a dirigé l’opération : Khosla Ventures et le créateur de Gmail, Paul Buchheit, notamment  sont entrés au capital de l’entreprise.


Instacart a été fondé l’année dernière par Apoorva Mehta (26 ans), ex-employé chez Amazon. Grâce à ce nouveau capital, le fondateur de l’entreprise espère proposer son service  dans au moins dix grandes villes des États-Unis d’ici la fin de l’année prochaine.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Microsoft aussi s’intéresse aux magasins sans caisse

14/06/2018

Microsoft travaille sur une technologie permettant d’éliminer les caisses et les files d’attente dans les magasins. Le géant américain de l’informatique se veut l’allié du secteur du retail afin de défier Amazon Go.

Amazon expulse les clients qui retournent trop de produits

24/05/2018

Amazon veut mettre un terme aux abus sur les retours : les clients qui renvoient trop d’articles ou se méconduisent sont bannis. Des dizaines d’utilisateurs se plaignent sur les réseaux sociaux de la suppression unilatérale de leur compte.

LVMH injecte des dizaines de millions dans le moteur de recherche de mode Lyst

24/05/2018

LVMH, le groupe de luxe français dirigé par Bernard Arnault, injecte des dizaines de millions de dollars dans Lyst. Grâce à ce capital, la plateforme de recherche dédiée à la mode de luxe entend accélérer son expansion mondiale.

Amazon livre des colis dans le coffre de la voiture

25/04/2018

Désormais le géant du e-commerce Amazon livre également des colis  dans le coffre de la voiture du client, et ce gratuitement. A noter que ce service est réservé aux membres Prime et qu’il n’est pour l’instant disponible qu’aux Etats-Unis.

La branche néerlandaise de Beate Uhse n’est pas en faillite

05/04/2018

Contrairement à ce que prétendait la rumeur, la branche néerlandaise du groupe allemand Beate Uhse, spécialiste des accessoires érotiques, n’est pas en faillite. L’entreprise poursuivra ses activités tant aux Pays-Bas qu’en Belgique.

Amazon souvent meilleur marché que les webshops  néerlandais

03/04/2018

Les produits en vente tant sur des webshops néerlandais que sur Amazon.de sont meilleur marché chez Amazon dans 50% des cas. Amazon.de représente déjà une forte concurrence, mais selon la rumeur le géant américain envisagerait d'intensifier ses activités en Belgique et aux Pays-Bas.