L’Institut pour la Logistique lance une étude d’impact sur l’e-commerce

L’Institut pour la Logistique lance une étude d’impact sur l’e-commerce

Vendredi dernier l’Institut flamand pour la Logistique (VIL) a démarré officiellement son projet ‘E-green’. En collaboration avec treize entreprises, le VIL recherche des pistes en vue d’améliorer durablement l’e-commerce en Flandre. Le budget de ce projet est estimé à 460.000 euros.

« Un e-commerce plus efficace et plus vert »

L’e-commerce dans notre pays est en pleine ascension, mais parallèlement à la montée du commerce via internet et les livraisons à domicile qui en découlent, certaines questions sociétales se posent : « L’e-commerce pourrait être plus efficace et plus vert », estime Dirk De Vylder, directeur des projets du VIL (Vlaams Instituut voor Logistiek). « Les webshops opèrent souvent selon un modèle d’entreprise jeune et dynamique et se concentrent avant tout sur l’aspect vente et marketing, mais négligent parfois l’efficacité logistique et la durabilité. »


Au moyen d’enquêtes auprès des consommateurs, le VIL souhaite déterminer quelles sont les attentes des acheteurs et vérifier quel serait l’impact du changement de certaines options, notamment les modalités de livraison : « Actuellement les commandes sont livrées endéans les x heures et les retours sont souvent gratuits, ce qui inévitablement à un coût sociétal et économique. Mais est-ce vraiment nécessaire ? », s’interroge le VIL.


C’est pourquoi l’Institut souhaite déterminer quel effet produirait le fait par exemple de rallonger les délais de livraisons ou encore de rendre les retours payants. L’influence du regroupement régional des livraisons sera également abordée.

 

13 entreprises partenaires

« Après cela nous testerons en pratique différentes mesures, en coopération avec des entreprises participantes », précise Dirk De Vylder. Pour ce faire le VIL collaborera avec 13 entreprises logistiques, expéditeurs et webshops : ASX-IBECO, Bubble Post, Colruyt, DHL Parcel, Dockx Logistics, Groep Heylen, Intervest, Kuehne + Nagel, Magellan Logistics, PostNL, Recupel, Telenet et Unigro.


Les résultats de l’étude seront présentés à l’automne 2016. Le coût du projet est estimé à 460.000 euros, dont un cinquième à charge des entreprises partenaires participantes.

 

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Amazon Echo est également disponible au Benelux

11/12/2017

Amazon a annoncé que 28 nouveaux pays, dont la Belgique et les Pays-Bas, pourront désormais se faire livrer le haut-parleur intelligent Amazon Echo.   Le lancement de son propre service de streaming musical est également prévu dans ces pays.

Les fabricants de luxe peuvent interdire à leurs distributeurs de vendre sur Amazon

07/12/2017

Les marques de luxe ont le droit d’interdire à leurs distributeurs agréés de revendre leurs produits sur des plates-formes tierces, comme Amazon. C’est ce qu’a décidé la Cour de justice de l’UE suite à un procès intenté par Coty.

Coolblue ouvre un nouveau siège principal belge

01/12/2017

La rumeur qui circulait depuis un certain temps déjà a été confirmée officiellement : l’e-tailer néerlandais Coolbue ouvre un nouveau siège principal belge à Berchem (Anvers) dans le nouveau complexe de bureaux Post X.

Forte montée du mobile lors du Black Friday et Cyber Monday aux Etats-Unis

29/11/2017

Durant le weekend de Thanksgiving, comprenant le Black Friday et le Cyber Monday, les ventes par voie mobile ont connu une forte montée aux Etats-Unis. Néanmoins la part des ventes mobiles sur l’ensemble du chiffre d’affaires online reste limitée.

Alibaba dévoile son magasin high-tech du futur

24/11/2017

Les supermarchés entièrement automatisés d’Amazon Go n’ont pas encore ouvert leurs portes  qu’Alibaba riposte déjà : le géant chinois du e-commerce présente Tmall Supermart, un supermarché débordant de gadgets technologiques.

Rakuten jette un pont vers l’e-acheteur japonais

30/10/2017

Dans l’ombre d’Alibaba et Amazon, le japonais Rakuten Ichiba connaît un développement prospère.  Différentes chaînes occidentales ont recours à la plate-forme en vue de commercialiser leurs produits auprès des e-acheteurs japonais.

Back to top