L’Oréal envisage le lancement de 200 sites web dans les 10 années à venir | RetailDetail

L’Oréal envisage le lancement de 200 sites web dans les 10 années à venir

L’Oréal envisage le lancement de 200 sites web dans les 10 années à venir

Le géant des cosmétiques L’Oréal mise pleinement sur internet : dans les 10 prochaines années le groupe a l’intention de lancer 200 sites web, pour l’essentiel des webshops. Pour mener à bien ce projet L’Oréal a créé sa propre ‘usine digitale’.

D’une orientation ‘marques’ vers une orientation ‘consommateurs’

C’est en 2011 que le PDG Jean-Paul Agon a donné le coup d’envoi de la vaste stratégie e-business de L’Oréal, le numéro un mondial des cosmétiques avec 28 marques de renom en portefeuille, actif dans 130 pays, ayant réalisé un chiffre d’affaires consolidé de 22,98 milliards d’euros en 2013.


Le management, qui récemment a revu à la baisse ses prévisions de croissance pour 2014, réalise  mieux que quiconque que la croissance future proviendra essentiellement d’internet. Mais c’est là précisément que L’Oréal  a un sérieux handicap : le groupe dépend trop souvent de ce que font ses distributeurs sur internet, alors que L’Oréal souhaite justement « être au contact avec l’utilisateur final par le biais d’un webshop direct pour chacune de ses marques. »


Selon Vincent Stuhlen (photo), responsable mondial de la division e-business de L’Oréal Luxe, « le web,  le smartphone et la tablette sont des sources fantastiques de données pour injecter des informations émanant des consommateurs dans le développement produit, l’élaboration du marketing mix et bien entendu la création d’une expérience numérique. Bien plus qu’une révolution digitale, il s’agit ici d’une révolution des consommateurs. »


L’Oréal Luxe ouvre la danse ‘digitale’

Stuhlen explique le fait que l’Oréal ait choisi la ‘division luxe’ pour accélérer son déploiement digital par « son offre sélective, les prix moyens de ses produits  haut de gamme et les montants d’achat plus élevés. »


Et L’Oréal ne manque pas d’ambition : « D’ici 2017 la division devra générer un chiffre d’affaires online de plus de 600 millions d’euros, soit environ 8% du chiffre d’affaires, ce qui devrait faire d’internet le principal moteur de croissance organique de la division. »


Pour mener à bien ce projet, L’Oréal renonce à « son approche trop décentralisée », où chaque pays agissait de manière autonome, parfois au détriment de l’identité de la marque, et où chaque pays s’appuyait sur une structure IT différente. Cette approche avait pour autre inconvénient que les ‘best practices’ d’un pays circulaient difficilement vers un autre pays.


Une ‘Digital Factory’ interne à New York et à Paris

La stratégie décentralisée a désormais été remplacée par un cadre technique, appelé ‘Flagship Digital’, qui permet à chaque marque d’exprimer son identité, mais où le groupe veille néanmoins à ce que chaque webshop atteigne ses objectifs en termes de panier moyen et de taux de conversion.


 « Pour ce faire L’Oréal a créé sa propre ‘Digital Factory’, une start-up interne implantée à New York et à Paris. Cette « petite usine numérique », où travailleront une cinquantaine de personnes, a pour mission de définir les besoins en matière de business et de diriger les projets IT pour chacune des 16 marques de la division luxe.


Les premiers sites web selon cette nouvelle approche ont déjà été réalisés aux Etats-Unis et d’autres suivront prochainement en Europe et en Asie. « Dans les dix années à venir le Groupe L’Oréal lancera plus de sites web qu’il n’en a jamais lancé jusqu’à aujourd’hui. Environ 200 sites seront mis en ligne, dont la majorité seront des webshops », précise Stuhlen.

 

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


La branche néerlandaise de Beate Uhse n’est pas en faillite

05/04/2018

Contrairement à ce que prétendait la rumeur, la branche néerlandaise du groupe allemand Beate Uhse, spécialiste des accessoires érotiques, n’est pas en faillite. L’entreprise poursuivra ses activités tant aux Pays-Bas qu’en Belgique.

Amazon souvent meilleur marché que les webshops  néerlandais

03/04/2018

Les produits en vente tant sur des webshops néerlandais que sur Amazon.de sont meilleur marché chez Amazon dans 50% des cas. Amazon.de représente déjà une forte concurrence, mais selon la rumeur le géant américain envisagerait d'intensifier ses activités en Belgique et aux Pays-Bas.

Coolblue livre bien réellement à vélo

03/04/2018

Coolblue lance son propre service de livraison.  Avec CoolblueFietst, le retailer en électronique va livrer ses colis à vélo, et c’est une première.  Ce n’est pourtant pas un poisson d’avril même si le retailer avait fait cette annonce  le 1er avril.

Amazon dans le collimateur de Trump

03/04/2018

Le président Donald Trump semble avoir trouvé un nouvel ennemi en l’entreprise Amazon.  Le géant du retail profiterait de U.S. Postal Service, le service postal américain, et Trump souhaiterait y mettre un terme en prenant les mesures nécessaires.

Amazon règne en maître sur l’e-commerce en France

29/03/2018

Avec un CA de 5,6 milliards d’euros et une part de marché de près de 19% Amazon est le leader incontesté du e-commerce en France. Selon Kantar Worldpanel, le marché online français dans son ensemble a généré 30 milliards d’euros en 2017.

Le retail, moteur de croissance du marché de l’Intelligence artificielle

29/03/2018

Cette année les entreprises retail investiront environ 2,76 milliards d’euros dans l’Intelligence Artificielle. Ainsi le retail sera le principal moteur de croissance de l’IA au niveau mondial, surpassant même le secteur bancaire, indique IDC.