La Belgique veut autoriser le travail de nuit pour l’e-commerce

La Belgique veut autoriser le travail de nuit pour l’e-commerce

Le gouvernement a décidé d’autoriser le travail de nuit dans l’e-commerce, afin que nos entreprises soient plus compétitives face à la concurrence de l’étranger. Comeos parle « d’un pas important pour la sauvegarde de milliers d’emplois. »

« Modification de la loi avant l’été »

En Belgique les commandes qui entrent après 20 h sont traitées le jour suivant, alors que dans nos pays voisins les webshops continuent de préparer des commandes après 20 h pour le lendemain. Mais les choses vont changer pour notre pays, car avant cet été une modification de la loi permettra le travail de nuit dans le secteur du e-commerce, assure le vice-premier ministre Alexander De Croo (Open VLD).


« Etant donné qu’en Belgique le travail de nuit dans l’e-commerce n’est pas autorisé, de nombreux e-tailers transfèrent leurs activités logistiques vers les Pays-Bas. Ainsi ils peuvent garantir qu’une commande passée aujourd’hui, sera livrée chez le client le lendemain. Tout ceci entraîne une perte de jobs et de croissance dans notre pays », indique le cabinet du vice-premier ministre.


« Un sérieux handicap supprimé »

La fédération du commerce Comeos déplore les sérieux handicaps auxquels les e-commerçants belges sont confrontés : « Actuellement les marchandises sont livrées plus rapidement partant d’Amsterdam que partant de Courtrai. Chez nous le travail entre 20h et 6h est considéré comme du travail de nuit, ce qui rend impossible les livraisons rapides », indique Dominique Michel, administrateur délégué de Comeos.

 

Suite à ces règles en matière de travail de nuit « des milliers de jobs logistiques déménagent vers l’étranger », poursuit Michel. « En 2014 Comeos a pointé les handicaps structurels dont souffre le commerce électronique en Belgique. Nous sommes heureux que nos mises en garde aient été entendues et que le gouvernement ait décidé de s’attaquer à l’un de nos handicaps. »

 

Tags: