La branche Benelux de Neckermann échappe aux problèmes allemands

La branche Benelux de Neckermann échappe aux problèmes allemands

Malgré les problèmes de la branche (principale) allemande de l’entreprise de vente à distance Neckermann, la division du Benelux pourra poursuivre ses activités. C’est ce qu’a annoncé le CEO Kurt Staelens lors d’une conférence de presse au siège central de Sint Jansteen en Zélande.

La branche du Benelux épargnée

Le CEO s’est empressé de rassurer tout le monde : « La situation financière de Neckermann.com Benelux est structurellement saine et l’organisation est tout à fait en mesure de poursuivre ses activités indépendamment de la société mère. Neckermann.com dépendait de Neckermann.de uniquement pour la production  de ses propres marques de mode et la production des catalogues imprimés.


Avant-hier la division allemande demandait un sursis de paiement, après que le propriétaire ait refusé de financer un plan social pour travailleurs ‘superflus’. La branche du Benelux devra donc chercher un autre assortiment de mode, mais «nous allons le développer nous-mêmes », précise Staelens.


Toutefois le Benelux n’échappe pas complètement à la vague de licenciements : fin juin l’entreprise avait annoncé la suppression de 150 emplois sur les 550 aux Pays-Bas et en Belgique.


Plus de 30 ans d’histoire textile belge

La branche Benelux de Neckermann.com a vu le jour en 1999, lorsqu’outre les commandes par correspondance, la canal de commandes via internet a été introduit. Trente ans plus tôt l’entreprise allemande s’était déjà implantée en Flandre zélandaise, lors de la reprise de la Centrale textile de Hulst. Dix ans après ce fut le tour de la Belgique.

 

Selon ses propres dires, la société est depuis 2006  « une entreprise d’e-commerce, envoyant également des catalogues papier ». Ce changement de cap, ainsi que l’échec de la fusion avec Quelle (opérant également dans le secteur VPC), sont, selon certains, à la base des problèmes actuels. Malgré tout la branche Benelux poursuit cette conversion vers l’e-commerce, à tel point qu’elle supprime totalement le catalogue papier.


L’empire Neckermann

En Allemagne l’entreprise existe depuis bien plus longtemps : les bases de cet empire datent de 1935, lorsque Josef Neckermann, profitant des lois raciales de Nuremberg, a pu acquérir pour un rien un magasin textile.


En 1950 fut fondée la société Neckermann Versand,  qui grâce au Wirtschaftwunder allemand a connu immédiatement un énorme boom : en quinze ans de temps le chiffre d’affaires atteignait plus d’un milliard de marks.


Ce succès bien entendu a attiré les investisseurs et en 1977 le groupe Karstadt – qui pour l’instant lui aussi est en difficulté financière – rachetait la majorité des actions de Neckermann. Il y a quatre ans le groupe passait aux mains  de Sun Capital, l’actuel propriétaire, qui n’a pu sauver l’entreprise du naufrage.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Tout à 3 dollars sur le webshop Brandless

19/07/2017

Deux entrepreneurs américains lancent un concept pour le moins original. Leur webshop Brandless applique un seul prix : 3 dollars par produit. Une promesse qu’ils peuvent garantir grâce à une forte réduction des coûts.

Bpost lorgne Bubble Post

07/07/2017

Selon des sources anonymes, Bpost envisage de racheter l’entreprise gantoise Bubble Post, spécialisée dans la distribution urbaine à vélo. Bubble Post n’a pas souhaité confirmer cette information, mais dit être à la recherche de partenaires externes.

Alibaba à son tour lance une enceinte intelligente

05/07/2017

Après Amazon, Apple et Google, le géant chinois Alibaba lance son enceinte intelligente. L’appareil d’Alibaba est nettement meilleur marché que ceux de ses concurrents. Durant un mois l’enceinte sera testée par un groupe limité de personnes.

Media-Saturn veut annuler l’acquisition de Redcoon

27/06/2017

Media-Saturn a adopté une stratégie particulière afin d’effacer les pertes encourues par son webshop Redcoon, racheté en 2011. Le groupe a intenté un procès afin d’annuler la vente avec effet rétroactif.

L’Europe inflige une amende record à Google

27/06/2017

Google s’est vu infliger une amende de pas moins de 2,42 milliards d’euros par la Commission Européenne, pour avoir abuser de sa position dominante sur le marché afin de favoriser ses propres produits dans les résultats de recherche.

Metro Group investit dans une solution de paiement mobile

27/06/2017

L’allemand Metro Group, avec quelques autres entreprises, a investi 14 millions d’euros au total dans la start-up britannique Yoyo Wallet, une plate-forme pour paiement mobile en pleine croissance, opérant dans toute l’Europe.

Back to top