La branche Benelux de Neckermann échappe aux problèmes allemands

La branche Benelux de Neckermann échappe aux problèmes allemands

Malgré les problèmes de la branche (principale) allemande de l’entreprise de vente à distance Neckermann, la division du Benelux pourra poursuivre ses activités. C’est ce qu’a annoncé le CEO Kurt Staelens lors d’une conférence de presse au siège central de Sint Jansteen en Zélande.

La branche du Benelux épargnée

Le CEO s’est empressé de rassurer tout le monde : « La situation financière de Neckermann.com Benelux est structurellement saine et l’organisation est tout à fait en mesure de poursuivre ses activités indépendamment de la société mère. Neckermann.com dépendait de Neckermann.de uniquement pour la production  de ses propres marques de mode et la production des catalogues imprimés.


Avant-hier la division allemande demandait un sursis de paiement, après que le propriétaire ait refusé de financer un plan social pour travailleurs ‘superflus’. La branche du Benelux devra donc chercher un autre assortiment de mode, mais «nous allons le développer nous-mêmes », précise Staelens.


Toutefois le Benelux n’échappe pas complètement à la vague de licenciements : fin juin l’entreprise avait annoncé la suppression de 150 emplois sur les 550 aux Pays-Bas et en Belgique.


Plus de 30 ans d’histoire textile belge

La branche Benelux de Neckermann.com a vu le jour en 1999, lorsqu’outre les commandes par correspondance, la canal de commandes via internet a été introduit. Trente ans plus tôt l’entreprise allemande s’était déjà implantée en Flandre zélandaise, lors de la reprise de la Centrale textile de Hulst. Dix ans après ce fut le tour de la Belgique.

 

Selon ses propres dires, la société est depuis 2006  « une entreprise d’e-commerce, envoyant également des catalogues papier ». Ce changement de cap, ainsi que l’échec de la fusion avec Quelle (opérant également dans le secteur VPC), sont, selon certains, à la base des problèmes actuels. Malgré tout la branche Benelux poursuit cette conversion vers l’e-commerce, à tel point qu’elle supprime totalement le catalogue papier.


L’empire Neckermann

En Allemagne l’entreprise existe depuis bien plus longtemps : les bases de cet empire datent de 1935, lorsque Josef Neckermann, profitant des lois raciales de Nuremberg, a pu acquérir pour un rien un magasin textile.


En 1950 fut fondée la société Neckermann Versand,  qui grâce au Wirtschaftwunder allemand a connu immédiatement un énorme boom : en quinze ans de temps le chiffre d’affaires atteignait plus d’un milliard de marks.


Ce succès bien entendu a attiré les investisseurs et en 1977 le groupe Karstadt – qui pour l’instant lui aussi est en difficulté financière – rachetait la majorité des actions de Neckermann. Il y a quatre ans le groupe passait aux mains  de Sun Capital, l’actuel propriétaire, qui n’a pu sauver l’entreprise du naufrage.

 

 

Traduction : Marie-Noëlle Masure

Questions or comments? Please feel free to contact the editors


Rakuten jette un pont vers l’e-acheteur japonais

30/10/2017

Dans l’ombre d’Alibaba et Amazon, le japonais Rakuten Ichiba connaît un développement prospère.  Différentes chaînes occidentales ont recours à la plate-forme en vue de commercialiser leurs produits auprès des e-acheteurs japonais.

Whole Foods booste le chiffre d’affaires d’Amazon

27/10/2017

Au troisième trimestre le géant américain du e-commerce Amazon a enregistré une forte croissance de son chiffre d’affaires, en partie grâce à Whole Foods, dont les ventes pour la première fois ont été reprises dans les résultats.

Coolblue lance une app belge

25/10/2017

Coolblue vient de lancer une app pour le marché belge, disponible en néerlandais et en français, mais pour l’instant uniquement sur iOS. Selon l’e-tailer hollandais, l’app est le moyen le plus rapide pour faire son shopping sur le webshop.

Plus de la moitié des foyers américains envoûtés par Amazon

21/10/2017

Sur une estimation de 126 millions de foyers aux EU, pas moins de 90 millions d’Américains sont membres d’Amazon Prime, le programme de fidélité d’Amazon.  Amazon domine donc le marché intérieur.  Quelles leçons l’Europe peut-elle en tirer ?

Le travail de nuit dans l’e-commerce autorisé à partir du 20h

20/10/2017

Le gouvernement va adapter l’accord conclu cet été concernant le travail de nuit dans l’e-commerce. Désormais le travail de nuit sera autorisé à partir de 20h moyennant l’accord d’un seul syndicat.

Lancement de Safe.Shop, premier label de confiance mondial du e-commerce

16/10/2017

L'Ecommerce Foundation vient de lancer Safe.Shop, le premier label de confiance international du secteur du e-commerce. Pour l’instant seuls douze pays sont affiliés, mais d’autres devraient s’y ajouter rapidement.

Back to top